Génétique des arts: séminaire général de l’ITEM – 16 mai 2011

La prochaine séance du séminaire général de l’ITEM aura lieu le lundi 16 mai 2011 (17h à 19h)

Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris. Amphithéâtre Rataud, bâtiment de la Bibliothèque de l’ENS, 1er sous-sol.

Les deux points de vue suivant feront l’objet d’une discussion collective entre les participants

François Thomas  « Génétique cinématographique »

Sauf à s’en tenir à un aspect isolé de la création cinématographique (par exemple le scénario), la reconstitution de la genèse d’un film nécessite un savoir-faire et une faculté à faire parler des documents extrêmement divers, allant des données juridiques et économiques aux données techniques les plus savantes. Il faut apprendre à déchiffrer un devis, un plan de travail, un plan d’implantation de décor, une feuille de service, un rapport quotidien, un scénario annoté par la scripte, une photo de tournage, une partition, des rushes, ou déduire des lieux de tournage la logique des choix de mise en scène. Sans oublier que la genèse se lit aussi dans le film lui-même. Et sans avoir d’a priori dans le choix des sources, car il n’existe pas de sources nobles et d’autres indignes d’intérêt. Les travaux de génétique peuvent se donner pour but une mise en contexte de l’analyse de film, une compréhension des mystères de la création, ou une aide apportée à une meilleure restauration de l’œuvre si nécessaire. Quand ils sont consacrés à des films très connus, ils aboutissent la plupart du temps à un même résultat : détruire les légendes qui se sont stratifiées au fil des décennies, et renouveler de fond en comble le regard porté sur le film.

Eric Pagliano « Ce qu’apporte la critique génétique à l’étude du dessin ancien »

Je pense que la critique génétique a tout à apporter à l’étude du dessin ancien. Je dirais de manière provocatrice vis-à-vis de mes collègues connoisseurs que nos méthodes de travail n’ont guère changé depuis le XVIIIe siècle.

La raison principale est celle-ci : le problème du dessin, c’est qu’il est à la fois un document de l’ordre du brouillon comme le disait déjà Dezallier d’Argenville dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et une œuvre d’art, du moins une œuvre d’art en devenir, et le dessinateur en est certainement conscient. Mais la plupart de ces dessins anciens nous sont parvenus sans nom, anonymes. C’est là l’autre raison qui rentre d’une certaine manière en contradiction avec la première raison : il faut retrouver le bon nom. C’est ce qui a mobilisé et ce qui continue de mobiliser l’activité des connoisseurs au détriment de l’analyse des processus.

Les choses commencent à bouger doucement. J’en veux pour preuve l’organisation d’expositions au Louvre sur le repentir, la variante, la réserve. Et l’expérience dont je voudrais vous faire part à travers l’analyse de la rature dans le dessin que j’ai menée pour une exposition qui eut lieu au musée des beaux-arts de Lyon intitulée Le plaisir au dessin – carte blanche à Jean-Luc Nancy. La critique génétique a été dans ce cadre un formidable outil épistémologique.


Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Publié par

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *