Daniel Ferrer, Logiques du brouillon (Paris, Seuil, 2011)

Pourquoi se préoccuper des brouillons, de tous ces manuscrits de travail illisibles qu’ont laissés derrière eux les écrivains ? N’y a-t-il pas assez de livres à lire ? Ne posent-ils pas suffisamment de problèmes en eux-mêmes ?

L’idée d’une génétique littéraire, voire d’une critique génétique fondée sur l’étude des brouillons, laisse perplexe. On se demande si une telle bizarrerie peut revendiquer sérieusement le statut d’une véritable discipline.

Pour répondre à ces interrogations, ce livre propose une série de modèles, empruntés aux domaines les plus divers, de la recette des œufs brouillés aux truffes au transfert freudien, de la bathmologie barthésienne à la sémantique des mondes possibles, qui s’efforcent de rendre compte, de manière à la fois rigoureuse et imagée, des enjeux de la genèse et des logiques qui lui sont propres — car, malgré les apparences, l’univers des brouillons n’est pas chaotique, il est régi par des logiques qui ne sont pas les mêmes que celles du texte achevé.

Ces modèles sont la trace de l’expérience que représente la plongée dans les manuscrits d’écrivains, à la fois expérience vécue, dont on ressort avec un regard transformé, et pratique expérimentale d’une discipline encore neuve. C’est à partir de là qu’on peut espérer apporter une réponse à la plus difficile des questions : « à quoi bon ? » et montrer ce que la dimension génétique apporte à l’expérience de la littérature et, plus généralement, de l’œuvre d’art.

Daniel Ferrer est directeur de recherche au CNRS (ITEM), directeur de la rédaction de la revue Genesis et éditeur des carnets de Finnegans Wake. Il a publié plusieurs ouvrages sur James Joyce, Virginia Woolf et sur la critique génétique.

Nous reproduisons ci-dessus la Présentation de l’éditeur

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Genesis. Revue internationale de critique génétique, 32: « Journaux personnels »

Journaux personnels

Présentation par Françoise Simonet-Tenant et Catherine Viollet

Le journal personnel, objet de la critique génétique ?

Enjeux

Françoise Simonet-Tenant, Le journal personnel comme pièce du dossier génétique

Philippe Lejeune, Le journal : genèse d’une pratique

Catherine Viollet, Journaux de genèse

Études

Jean-Michel Pottier, J.-H. et Marie Rosny, un  journal conjugal. Le Cahier 1900-1907

Micheline Hontebeyrie et Nicole Celeyrette-Pietri, Incidences génétiques des Cahiers de Paul Valéry

Marie-Françoise Lemonnier-Delpy, Vrai « Faux Journal » de Jude Stéfan

Claire Bustarret, Griffonnages, dessins, photos et collages dans l’espace graphique du journal personnel (xixe-xxe siècle)

Oriane Deseilligny, Maulpoix.net : dans l’intimité de l’écriture poétique

Entretiens

Jean-Louis Cabanès, Le Journal des Goncourt, entretien avec Françoise Simonet-Tenant

Martine Sagaert, Les manuscrits du Journal d’André Gide, entretien avec Catherine Viollet

Philippe de Jonckheere, Tentatives d’autoportrait en html, entretien avec Christèle Couleau et Pascale Hellégouarc’h

Inédits

Valery Larbaud, « Paperasses », présenté par Françoise Lioure

Catherine Pozzi, Le cahier août-décembre 1927, présenté par Françoise Simonet-Tenant

Archives de journaux personnels

Michel Braud, Les journaux de Waleria Tarnowska et Eliza Michałowska

Catherine Viollet, Journaux personnels en français : une dimension européenne (fin xviiie-début xixe siècle)

Véronique Leroux-Hugon, Du Journal de Claire Pic aux blogs orphelins

Philippe Lejeune, Où trouver des journaux ?

Varia

Catherine Mariette-Clot, Genèses du Tour through Italy de Stendhal (1811-1813)

François Rouget, Cocteau et la poétique du déplacement. Réflexions sur la genèse de Morceaux choisis (1932)

Cristiane Miryam Drumond de Brito, Processus de création dans le théâtre de marionnettes : présentation d’un dossier génétique

Chroniques

Comptes rendus d’ouvrages

Bibliographie : études génétiques, éditions, manuscrits (janvier 2010-novembre 2010), par Danièle Maïsetti et Martine Mesureur-Ceyrat

Depliant_Genesis_2011-02-22B


Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Romain Gary, des « Racines du Ciel » à « La vie devant soi »

Tente ans après sa disparition (le 2 décembre 1980), le Musée des lettres et manuscrits fait revivre à travers ses écrits Romain Gary, l’homme au deux Goncourt, le mystificateur sublime, héros, diplomate, écrivain, cinéaste, grand reporter, grand séducteur, dans toute sa complexité et son humanité vibrante et douloureuse.
À travers quelque 160 pièces uniques, notamment un premier roman totalement inédit, et divers manuscrits, lettres autographes, articles de presse et photographies, voici le portrait kaléidoscopique de celui qui éprouva si bien « l’effort d’être un homme ».

Le mot de Gérard Lhéritier, Président du Musée des lettres et manuscrits
La qualité des expositions dans la sélection des manuscrits, c’est la promesse de l’aube faite par le Musée des lettres et manuscrits, ces racines qui devaient nous conduire un jour au ciel de Romain Gary. Ce sera chose faite à partir du 3 décembre, au lendemain du trentième anniversaire de sa disparition, avec une exposition consacré à ce prodigieux écrivain. Cet homme est un mystère à plusieurs visages, l’approcher au plus près, un défi. Le seul chemin pour y parvenir est bien sûr d’aller au plus intime de ses manuscrits les plus authentiques, les plus mystérieux. C’est ce que va permettre pour la première fois en France et dans le monde cette exposition exceptionnelle qui rassemble la plus importante collection d’écrits de Romain Gary. Cet événement culturel unique et inédit mobilise déjà les chercheurs et les critiques, les éditeurs et les biographes.
C’est sous le nom d’Emile Ajar (« braise » en russe) que Romain Gary va susciter le plus fameux scandale littéraire du XXe siècle. Souffrant d’être incompris par une critique dont il veut mettre les préjugés à l’épreuve, il s’invente une autre identité et rédige plusieurs romans avec une créativité renouvelée, dont Gros-câlin (1974), La Vie devant soi (1975), et L’Angoisse du Roi Salomon (1979). Gary demande à son cousin Paul Pavlowitch d’assumer ce personnage auprès des médias, mystification qui ne sera révélée qu’après sa mort, et faisant de Romain Gary le seul auteur ayant obtenu deux fois le prix Goncourt, en 1956 pour Les Racines du ciel puis en 1975 pour La Vie devant soi. Traité avec une certaine condescendance par la critique de son vivant mais lu et apprécié par un public fidèle qui fait un triomphe à ses livres, Romain Gary a vu un certain nombre d’entre eux portés au cinéma, notamment Les Racines du ciel en 1958, réalisé par John Huston avec Errol Flynn, Juliette Gréco et Orson Welles, La Vie devant soi qui donne en 1977 un de ses plus grands rôles à Simone Signoret ou Clair de femme en 1979, réalisé par Costa-Gavras avec Yves Montand et Romy Schneider.
Jaloux de son indépendance, Gary s’est tenu à l’écart des coteries littéraires et politiques. La résistance est un mot-clé pour comprendre un auteur qui présente souvent des héros en lutte contre des puissances qui les dépassent. Son œuvre porte en filigrane la marque de son combat pour la Libération, à l’origine d’une fidélité jamais démentie au Général de Gaulle. Pilote de chasse dans les Forces aériennes françaises libres (FAFL), résistant, diplomate, voyageur, homme de lettres et séducteur, il est le grand mystificateur des lettres françaises. Sa revanche posthume et jubilatoire contre ceux qui sous-estimaient Romain Gary et portaient Emile Ajar aux nues est celle de Janus, le dieu des portes, ouvertes dans ses temples en temps de guerre et fermées en temps de paix. Mais s’il est une guerre que Janus-Gary-Ajar a menée, c’est celle de l’humain contre la bêtise et, par son œuvre, de la vie contre la mort. Estimant qu’il avait passé la limite au-delà de laquelle son ticket n’était plus valable, il a prouvé par son dernier geste qu’il n’était pas besoin que l’arbre demeure sur pied pour que les racines montent pour toujours au ciel.

Romain Gary se suicide le 2 décembre 1980 à 66 ans, lui qui avait affirmé «J’ai fait un pacte avec ce monsieur là-haut, vous connaissez ? J’ai fait un pacte avec lui aux termes duquel je ne vieillirai jamais.»

Du mardi au dimanche de 10h à 19h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h30
Fermeture hebdomadaire le lundi

Information récupérée sur le site du Musée des lettres et des manuscrits

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Gallimard, 1911-2001, un siècle d’édition

« À l’occasion du centenaire de la création des Éditions Gallimard, la BnF invite à parcourir un siècle d’histoire intellectuelle à travers l’itinéraire d’une des plus prestigieuses – mais aussi des plus secrètes – maisons d’édition françaises.
Gide, Claudel, Aragon, Breton, Malraux, Joyce, Faulkner, Saint-Exupéry, Michaux, Sartre, Queneau, Ionesco, Pinter, Camus, Yourcenar, Duras, Kerouac, Modiano, Le Clézio, Kundera, Tournier… on pourrait écrire sans effort une histoire de la littérature et des idées au XXe siècle à la lecture du seul catalogue des Éditions Gallimard. Derrière la célèbre couverture blanche aux filets rouge et noir siglée NRF se cache la richesse d’un catalogue aux multiples facettes, de la Série noire à la Pléiade, du livre pour enfant aux collections de sciences humaines. Tout lecteur peut y trouver son bien, avant même d’entrer dans le secret des choix, raisons et pratiques qui sont le propre de la « fabrique éditoriale ». L’exposition s’appuie sur les archives largement inédites de l’éditeur et sur les trésors de la BnF et d’autres bibliothèques, à travers un choix exceptionnel de manuscrits, éditions originales, correspondances et photographies.
Grâce à un partenariat avec l’Institut National de l’Audiovisuel, d’importantes ressources sonores et audiovisuelles éclairent la chronique professionnelle et culturelle d’un siècle mouvementé durant lequel, dans le secret des murs comme à la lumière des rayonnages, une certaine conception de la profession d’éditeur s’est affirmée. »

Informations récupérées sur le site de la BNF

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

« Génétique littéraire : nouveaux territoires ? » – Séminaire général ITEM, 28 mars 2011

Dans le cadre de son séminaire général (lundi 28 mars 2011, 17.00-19.00), trois membres de l’ITEM ouvriront le débat au sujet des nouveaux territoires de la génétique littéraire, dont voici les grandes lignes. Les lecteurs de SIGALES sont cordialement invités à prendre part au débat dans notre colonne

Daniel Ferrer, « Quelques pistes »
En évoquant aujourd’hui de nouveaux territoires pour la génétique littéraires, nous ne pensons ni à de nouveaux manuscrits à explorer, ni à l’adaptation de nos méthodes à des corpus d’autre nature (entreprise déjà bien engagée, nous en parlerons dans les deux prochaines séances). Il s’agirait plutôt de jeter un regard nouveau sur nos vieux corpus et de se demander s’il est possible et souhaitable de renouveler nos méthodes. Encore faut-il relativiser la « nouveauté » en question. Je ne prétends pas que les pistes esquissées ici soient véritablement nouvelles, au sens où elles seraient inédites ; je ne prétends pas que personne ne les a évoquées, que personne n’a commencé à les suivre. Il existe des esquisses, parfois même des travaux importants. Je constate simplement que ces travaux et leurs méthodes ne font pas partie du courant central de la génétique, qu’ils ne sont pas véritablement théorisés dans nos manuels ou en tout cas qu’ils restent marginaux. Peut-être sont-ils voués à rester tels. C’est ce qu’il faudrait examiner.
On pourrait évoquer l’étude du scénarique, qui fait partie de nos objectifs déclarés depuis belle lurette, mais qui reste dans une large mesure sous-exploitée. Je me contenterai de renvoyer sur ce point au bel article d’Henri Mitterrand dans Genesis 30. Voici, pêle-mêle, quelques autres pistes :
– Un certain nombre de ces « nouveaux territoires » potentiels relèvent de la dimension diachronique, qu’il s’agirait de mieux prendre en compte. Cela paraîtra tout à fait paradoxal, puisque le propre de la critique génétique est précisément d’étudier le texte dans sa diachronie. Toutefois, la diachronie que nous prenons en compte le plus souvent est une diachronie limitée et maîtrisée : la forme canonique de l’étude génétique est la comparaison de différentes versions d’un texte (ou le plus souvent d’un fragment de texte), la mise en paradigme (c’est-à-dire la prise en considération simultanée) de projets et de réécritures successifs de ce texte (ou de ce fragment). Louis Hay et Olivier Lumbroso proposent chacun à leur manière d’élargir l’ambitus et de ne pas s’en tenir à l’évolution d’un texte unique. Louis Hay propose de comparer les pratiques d’écriture à des époques historiques diverses et d’évaluer leurs similitudes et leurs différences. Olivier Lumbroso propose plus modestement d’étudier un groupe de textes de même nature et issus du même auteur et de mesurer l’évolution de la « technologie romanesque » de cet auteur au cours des années. (Voir aussi par exemple l’étude de Gisèle Seginger qui a montré comment évoluait l’utilisation de l’espace manuscrit au cours de la carrière d’un écrivain : « Chorégraphies scripturales de Flaubert. De l’inspiration à l’aspiration » Genesis 11, 1997). Mais à partir du moment où on abandonne l’unicité du texte de référence à travers ses avatars (unicité qui soulève d’ailleurs beaucoup de problèmes sur un plan théorique), où faut-il s’arrêter ? Les récurrences thématiques d’une œuvre à l’autre du même auteur, souvent étudiées par la critique traditionnelle, doivent-elles être annexées par la critique génétique ? A l’inverse, l’idée d’apprentissage, de progression, convoquée par Olivier Lumbroso à l’échelle d’une carrière d’écrivain, ne devrait-elle pas être prise en compte également à l’intérieur d’une œuvre unique, voire d’une strate d’écriture ? Plus généralement ne faudrait-il pas davantage mettre en valeur la dimension horizontale, syntagmatique, le fil de l’écriture ? Mais selon quelle procédure ? (Sur l’articulation des dimensions horizontales et verticales de l’écriture, voir l’article pionnier de Stéphanie Dord-Croulé, “Entre programme et processus : le dynamisme de l’écriture flaubertienne. Quelques points de méthode.”, Genesis 13, 1999.)
– La critique génétique s’occupe principalement des phénomènes de réécritures, endogénétiques et exogénétiques, c’est-à-dire des phénomènes de reprise et de transformation d’un invariant. Y aurait-il avantage à prendre les choses par l’autre bout et à s’attacher au surgissement de la nouveauté dans l’écriture ? Selon quelle procédure ? Cela passerait sans doute par une évaluation plus systématique des virtualités qui entourent chaque instant de la création d’une œuvre, virtualités ouvertes par la situation historique et personnelle de l’écrivain, mais aussi virtualités ouvertes par le processus d’écriture lui-même.
– Nous avons beaucoup étudié les problèmes de forme et les problèmes de sens, mais nous avons eu tendance à négliger la dimension extensionnelle de la genèse, c’est-à-dire la présence du référent dans le manuscrit. Cette négligence s’explique pour des raisons historiques, mais il serait temps d’y mettre fin.
– En se penchant sur d’autres domaines artistiques, la critique génétique perçoit mieux des aspects qui sont peu visibles dans la genèse du texte littéraire, du moins dans les grands corpus que nous avons choisis. Il en est ainsi de la dimension collective de la création (qui s’impose avec beaucoup plus d’évidence en architecture ou dans le cinéma). Nous avons tendance à rester prisonniers du mythe du grand écrivain, génie solitaire. Il y a beaucoup à faire sur le rôle des collaborateurs, des éditeurs, des rédacteurs, des imprimeurs. De ce point de vue, d’autres traditions critiques (par exemple russe ou anglo-saxonne) sont en avance sur la nôtre.
– Le généticien passe une partie de sa vie la loupe à la main, penché sur un folio pour y décrypter les traces du processus d’écriture ; il aime à pratiquer le close reading, une lecture délibérément myope, s’attardant sur les détails révélateurs. Est-il envisageable de pratiquer parallèlement, comme nous l’avait suggéré Marcel Lepper à Cerisy, un distant reading (pour reprendre l’expression de Franco Moretti) ? De traiter globalement les immenses archives de certains écrivains et de les embrasser « d’un seul coup d’œil » (comme Flaubert rêvait de le faire), et même de traiter simultanément les archives de nombreux écrivains. L’informatique pourrait certes nous y aider, mais ce ne sera pas qu’une question de technologie.

Olivier Lumbroso, « Changer d’échelle ?  La génétique culturelle des grands corpus (le cas Zola) »
L’œuvre romanesque d’Emile Zola est reconnue comme celle d’un « bâtisseur », doué d’une pensée maçonne qui, de 1870 à 1902, a façonné trois grands cycles imposants : Les Rougon-Macquart, Les Trois villes et Les Quatre Evangiles. Or, les avant-textes zoliens sont rarement étudiés au-delà d’une perspective monographique se focalisant sur un roman unique et sa genèse singulière. Aussi, comment penser une génétique du cyclique ? Les concepts appliqués à des corpus plus modestes restent-ils opératoires et pertinents sur de longues périodes d’écriture ? Le changement d’échelle réclame-t-il d’autres méthodes d’analyse ? Cette communication esquissera la réflexion épistémologique qu’elle suppose sur notre discipline, sur les plans de l’extension et de la compréhension. En effet, suivre l’invention et la révision d’un cycle sur l’étendue d’une carrière supposerait sans doute de penser une critique génétique culturelle de la production et de la réception, dont il est possible de tracer le périmètre au moyen de quelques interrogations :
1-Si l’écrivain élabore dans le temps une « technologie romanesque », dont la méthode du dossier préparatoire semble le résultat, alors quelles en sont les origines et les racines ? Quel est le rôle des apprentissages de l’écrivain, de sa formation scolaire, de ses universités parallèles ?
2-Comment décrire cette « technologie romanesque » ? Est-elle invariable ou connaît-elle des adaptations, des variations, ponctuelles ou profondes, dans la durée du cycle ? Peut-on envisager qu’elle gagne en efficacité et en rentabilité ? La génétique peut-elle recourir à des concepts de l’ergonomie cognitive de ce point de vue ?
3-Comment décrire les relations de cette « technologie romanesque » avec le contexte culturel qui représente son environnement proche ? La réception des romans par la critique littéraire, les échanges épistolaires entre Zola et d’autres écrivains de son temps et l’évolution des théories naturalistes, ont-ils des effets rétroactifs vers les dossiers préparatoires et infléchissent-ils l’évolution d’une technologie du roman dialogique et polémique ?
4-Pourquoi l’écrivain développe-t-il cette technologie dont l’un des traits marquants est l’invention d’un métalangage littéraire qui décrit les formes à l’état natif ? La verbalisation sert sans doute à mieux nommer, modéliser et formaliser le jeu avec les structures du roman, déconstruites et remodelées autrement au fil des œuvres. Mais quels sont les rôles de l’imagination et de la mémoire au cours de ces soliloques programmatiques ? La génétique peut-elle recourir à certains concepts des théories du développement ?
5-S’il existe effectivement chez Zola une réflexivité puissante sur l’instrument d’écriture, en métamorphose perpétuelle, genèse après genèse, quelles sont les limites de la conscience ? Un écrivain chevronné, trop savant et habile, peut-il être entravé par ses tics d’écriture et ses habitudes qui le conduiraient à l’auto-parodie ? Les dossiers préparatoires dévoilent-ils des renoncements, des échappées irrationnelles, une négativité tournée vers soi, afin de donner à l’élargissement et au renouvellement poétiques leur meilleure chance d’advenir ? Que se passe-t-il alors à la charnière de deux cycles ?
6-Enfin, un écrivain qui vit plusieurs années avec ces compagnons de route que représentent ses manuscrits, ne finit-il pas par produire sur eux des « fantasmes » : l’écriture cyclique génère-t-elle une mythographie et un impensé du dossier préparatoire dans les fictions elles-mêmes ?
L’intervention se saisira brièvement de quelques-uns de ces points, afin d’étudier comment un écrivain apprend ce qui n’est pas enseignable : une technologie d’écriture à soi, une forme spéciale d’autodidaxie poétique de très haute volée, informelle et insciente. C’est l’exigence de l’artiste qui se cherche indéfiniment durant sa trajectoire, renonçant à la perfection mais pas au perfectionnement. C’est ce regard généthique qui servira de fil rouge. Zola l’a formulé, et de Goncourt, habituellement son rival – mais ici son représentant – l’avait saisi au vol, avec une intuition fine, dans son Journal, en 1882 : « Aujourd’hui, il [Zola] faisait de la production incessante et bonne ou mauvaise, déclarait-il carrément, non seulement un moyen de succès, mais une espèce d’école de perfectionnement de l’écrivain ».

Louis Hay, « Les pratiques d’écriture ont-elles une histoire ? »
Aussi étrange qu’il paraisse, la génétique ne semble pas, aujourd’hui, en mesure de répondre à une telle question. Cela tient pour une part à la relative étroitesse du champ qu’elle explore, pour une autre, à la relative faiblesse des recherches collectives.
Les manuscrits sont par nature des objets historiques. Nous pouvons étudier l’impact, au long de leur histoire, des changements des techniques et des pratiques sociales qui influencent les conditions de la production écrite.
Les manuscrits sont aussi témoins d’une autre histoire : celle des oeuvres, conservée dans les inscriptions qui sont parvenues jusqu’à nous. En France, les manuscrits de travail que nous connaissons sont rares avant la fin du XVIIIe siècle, mais la tradition de l’autographie peut être suivie en Italie à partir de la fin du XIVe siècle, en Allemagne et en Grande-Bretagne depuis le XVIIe siècle.
Ces documents réservent une double surprise à la recherche. Les procédés d’écriture que nous connaissons à l’époque contemporaine sont, pour l’essentiel, représentés dès l’époque humanistique. Et par ailleurs, les typologies individuelles d’écriture semblent apparaître de façon aléatoire chez des écrivains d’une époque, d’un pays et d’un genre à l’autre.
Entre histoires culturelle et anthropologique c’est le statut même de l’acte d’écrire qui se trouve ainsi questionné dans les documents littéraires. Il y a là un défi à relever pour la théorie génétique.

Lieu : ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris. Amphithéâtre Rataud, bâtiment de la Bibliothèque de l’ENS, 1er sous-sol.

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Les « Archives littéraires suisses » (ALS) fêtent ses vingt ans….

A l’occasion de leur 20e anniversaire, les Archives littéraires suisses (ALS) organisent toute une série de lectures et de conversations avec des auteurs à la Bibliothèque nationale suisse (BN) à Berne. Le programme de manifestations publiques 2011 de la BN est d’ailleurs tout entier placé sous le signe de ce 20e anniversaire. En guise d’aperçu : Klaus Merz s’entretiendra de la sonorité des mots avec Melinda Nadj Abonji (2 mars) ; Eveline Hasler parlera du traitement du passé dans les romans historiques (30 mars) ; Felix Philipp Ingold et Raphael Urweider (27 avril), puis Donata Berra et Alberto Nessi (11 mai, en italien) parleront de poésie. Le 8 juin Andreas Neeser rencontrera Jürg Amann.

Une nuit de la lecture

A la BN, la Nuit des musées de Berne du 18 mars sera dédiée à la lecture. Hanna Johansen et Franz Hohler liront tour à tour pour les enfants, puis pour les adultes. Les visiteurs auront également le plaisir d’entendre Isolde Schaad, Verena Stefan, Adolf Muschg et Beat Sterchi (avec Michael Pfeuti). A l’occasion de cette Nuit des musées, le public pourra en outre découvrir la rétrospective des 20 ans d’histoire des ALS présentée dans la salle d’exposition de la BN.

Les ALS seront présentes au Salon du livre à Genève (du 29 avril au 3 mai) au stand de la BN. Le Café littéraire du Salon (29 avril, 12 heures) présentera le fonds Grisélidis Réal (dont l’inventaire sera mis en ligne). Le 1er mai à 14 heures, ce même Café littéraire se tiendra à l’enseigne de « Friedrich Glauser » et de ses rapports avec la Suisse romande.

Deux manifestations seront fermées au public et ne s’adresseront qu’aux milieux spécialisés : la cérémonie officielle et un colloque international. La cérémonie officielle aura lieu le 14 janvier ; les orateurs seront le théoricien de la littérature Peter von Matt, l’écrivain et professeur de littérature Michel Butor, et l’auteur Giovanni Orelli, qui s’exprimeront respectivement en allemand, en français et en italien. Le colloque international du 8 septembre aura pour thème « les archives en tant qu’institution historique et modèle de pensée ». L’accent sera mis sur la relation complexe entre les archives en tant qu’institution et chaque fonds littéraire pris individuellement.

Friedrich Dürrenmatt, le père spirituel

Les ALS ont justement pour origine un tel fonds, celui de Friedrich Dürrenmatt (1921–1990). L’écrivain et peintre avait proposé de léguer gracieusement sa documentation à la Confédération suisse si cette dernière s’engageait en contrepartie à créer une institution nationale d’archives littéraires. En 1989, les représentants de l’écrivain trouvèrent un accord avec la Confédération. Les ALS furent inaugurées à la Bibliothèque nationale suisse le 11 janvier 1991. Le même jour, une cérémonie à la mémoire de leur père fondateur, Friedrich Dürrenmatt, se déroulait à la cathédrale de Berne. Dürrenmatt était décédé le 14 décembre 1990, quelques semaines avant l’ouverture des ALS.

Des fonds littéraires de toutes les régions linguistiques

Au moment de leur création, les ALS reprennent la section des manuscrits de la Bibliothèque nationale, qui comptait quelque 150 fonds, provenant essentiellement de Suisse alémanique et de Suisse romande. Les fonds Blaise Cendrars, Corinna Bille, Hermann Hesse et Annemarie Schwarzenbach, par exemple, faisaient partie de ce premier fonds d’archives. Dès leur première année d’existence, les ALS étendent leurs activités aux littératures italophone et romanche. L’acquisition des documents de l’écrivain tessinois Giovanni Orelli (don de l’auteur) et celle des archives de l’auteur grison Andri Peer constitueront deux jalons importants à cet égard. Les ALS comptent aujourd’hui quelque trois cents fonds d’auteurs suisses de renom, parmi lesquels Adolf Muschg, Paul Nizon, Jacques Chessex, Alberto Nessi, Anna Felder, Peider Lansel. Le dépôt des fonds de la fondation Robert-Walser aux ALS en 2009 a constitué l’extension la plus significative de ces 20 dernières années.

Les ALS ont pour mandat non seulement de collectionner et de conserver les fonds mais également de les cataloguer, de les étudier et de les diffuser. Les inventaires sont consultables dans la base de données en ligne des fonds d’archives de la Bibliothèque nationale www.nb.admin.ch/helveticarchives, et les documents peuvent être consultés sous la direction d’experts à la salle de lecture à Berne. Le personnel des ALS répond à près de 3’500 demandes de chercheurs et autres personnes intéressées.

Coopération avec les universités et les archives

Les ALS participent à des projets de recherche, en association avec des universités suisses et des Archives littéraires des pays voisins. Elles favorisent le dialogue entre auteurs et chercheurs dans le cadre de colloques internationaux annuels dont les résultats sont publiés aux éditions Wallstein et Chronos. Elles éditent en outre régulièrement la revue « Quarto », consacrée à une ou un auteur des ALS ou à une question intéressant la recherche. Le dernier numéro paru traite des bibliothèques d’auteurs. A ce propos, les ALS ont reçu récemment en cadeau de la Fondation Hans Wilsdorf une des bibliothèques d’auteur les plus importantes de Suisse, celle d’une grande figure des lettres, le Genevois Jean Starobinski.

Les expositions et les manifestations que les ALS organisent régulièrement depuis leur création sont appréciées bien au-delà du cercle des milieux spécialisés. Parmi les expositions marquantes, on mentionnera celles qui ont été consacrées par exemple au « Wallenstein » de Golo Mann, à Maurice Chappaz, Ludwig Hohl ou Patricia Highsmith. Les manifestations sont généralement consacrées à une ou un auteur, qui honore souvent les ALS de sa présence une partie de la soirée. Les entretiens avec des auteurs et les lectures proposées pour ce 20e anniversaire s’inscrivent dans cette tradition.

Adresse pour l’envoi de questions:
Informations aux médias :
Marie-Christine Doffey, directrice de la Bibliothèque nationale suisse, tél. 031 322 89 01, marie-christine.doffey@nb.admin.ch
Irmgard Wirtz Eybl, responsable des Archives littéraires suisses, tél. 031 322 89 72, irmgard.wirtz@nb.admin.ch
Informations récupérée sur le site de la confédération Salon du livre ALS

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Philologie et critique génétique. Enjeux théoriques de l’édition des manuscrits de Saussure, Liège, 1er avril 2011

Journée d’études organisée par Sémir Badir et Estanislao Sofia

Université de Liège, 1er avril 2011 – Salle des professeurs
Place du XX août – 4000 Liège

La présente journée d’étude s’inscrit dans le cadre d’une réflexion générale sur les problématiques soulevées par le traitement de manuscrits d’auteurs ayant théorisé ou pratiqué les sciences du langage. Cadrage qui dévoile déjà, ne serait-ce que partiellement, le postulat que l’on se donne comme hypothèse de départ : que ce type de manuscrits renferme une particularité quelconque, que l’on gagnerait à discuter, réduire ou préciser. Aussi nous paraît-il enrichissant de réunir des contributions relevant de trois horizons intellectuels distincts : la critique génétique, qui s’applique depuis une trentaine d’années à l’analyse des procédés d’écriture inhérentes à la création artistique (notamment littéraire) ou savante (cf. les numéros 8, 10, 20, 23 de Genesis, consacrés respectivement à la psychanalyse, à la sémiotique, à l’écriture scientifique et à la philosophie) ; la linguistique saussurienne, qui, vu le caractère largement inédit de l’œuvre de Saussure, a dû se confronter au traitement de manuscrits en divers état d’achèvement ; et la recherche portant sur l’œuvre Benveniste, qui s’est vue elle aussi contrainte, depuis 2003, d’élaborer un outillage conceptuel apte à assimiler le fonds de manuscrits alors découvert.

Via la confrontation des positions et de l’expérience acquises lors du travail sur les différents fonds de manuscrits de linguistes, on se propose de relever (d’interroger) les problématiques communes et les spécificités propres à chaque cas, afin de retracer, discuter et préciser le statut des différents objets auxquels on a affaire au quotidien (brouillons, mises au net, notes, etc.), et de pointer les éventuelles marques qui différencient ces objets de leurs pendants littéraires, scientifiques, philosophiques. À ce titre, plusieurs questions mériteront d’être considérées :

Quel est le rôle de l’écriture, dans ses différentes formes et supports (carnets de terrain, aide-mémoires, notes, brouillons, mises au net), dans la démarche intellectuelle des chercheurs en sciences du langage ? Écrire pour penser, penser pour écrire ? Écrire pour décrire ? Pour exposer ? Pour théoriser ? Pour se positionner vis à vis de la tradition ?

Quel est le rôle des « variantes », des biffures, des citations, des paraphrases, des références intertextuelles dans ce que D’Iorio appelait « stratégies d’appropriation » de la tradition disciplinaire. Peut-on songer à une typologie, comme cet auteur le propose ?

Si l’on considère les brouillons comme des « objets sémiotiques particuliers », on pourrait imaginer qu’une une modélisation de différents « genres » serait envisageable. Trouve-t-on des particularités récurrentes dans les manuscrits en sciences du langage, qui permettraient une telle modélisation ? Ou doit-on se contenter de (ne) relever (que) les marques idiosyncrasiques propres à chaque auteur.

Cesare Serge affirmait récemment que « la critique génétique ne peut que se servir de l’expérience séculaire des philologues », et que « la philologie ne peut pas faire la sourde oreille à la très riche problématique découverte et approfondie par la critique génétique ». Quelle est la nature et le fondement de cette problématique ? Quelle est l’expérience séculaire qui, depuis la philologie, pourrait être utile au traitement (lecture, édition, publication) de manuscrits savants modernes ? Quelles sont les modalités d’édition qui conviennent le mieux à la logique propre (s’il en est) aux manuscrits de linguistes ?

Renseignements : Estanislao Sofia (Estanislao.Sofia@ulg.ac.be)

PROGRAMME

09.15  PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE:   ESTANISLAO SOFÍA

Problèmes spécifiques posés par les manuscrits de linguistes

PREMIÈRE SÉANCE – PRÉSIDÉE PAR CLAUDINE NORMAND

09.30 ALESSANDRO CHIDICHIMO (UNIVERSITÀ DELLA CALABRIA): Variations saussuriennes. Écriture, recherche, style dans les manuscrits de Ferdinand de Saussure

10.30 PIERRE‐YVES TESTENOIRE (UNIVERSIT É DE ROUEN): Dans les marges des manuscrits de Ferdinand de Saussure

11.30 Pause Café

11.45 GIUSEPPE D’OTTAVI (UNIVERSITÀ ROMA LA SAPIENZA): De Genève à Harvard, en passant par l’Inde : un jeu de manuscrits

12.45 Déjeuner

DEUXIÈME SÉANCE – PRÉSIDÉE PAR ANNIE COMBES

14.15 AKATANE SUENAGA (UNIVERSIT É SEIJO, TOKYO): Manuscrits de Saussure : une science fiction

15.15 DANIELE GAMBARARA (UNIVERSITÀ DELLA CALABRIA: Pour une édition numérique des OEuvres complètes de Ferdinand de Saussure

16.15 Pause Café

16.30 IRÈNE FENOGLIO (ITEM, CNRS/ENS): En quoi le fonds E. Benveniste de la BNF est‐il prototypique pour la génétique du texte. Réflexions théoriques et méthodologiques sur les potentialités d’exploitation d’archives linguistiques

17.30 CLÔTURE SÉMIR BADIR

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website