Philologie et critique génétique. Enjeux théoriques de l’édition des manuscrits de Saussure, Liège, 1er avril 2011

Journée d’études organisée par Sémir Badir et Estanislao Sofia

Université de Liège, 1er avril 2011 – Salle des professeurs
Place du XX août – 4000 Liège

La présente journée d’étude s’inscrit dans le cadre d’une réflexion générale sur les problématiques soulevées par le traitement de manuscrits d’auteurs ayant théorisé ou pratiqué les sciences du langage. Cadrage qui dévoile déjà, ne serait-ce que partiellement, le postulat que l’on se donne comme hypothèse de départ : que ce type de manuscrits renferme une particularité quelconque, que l’on gagnerait à discuter, réduire ou préciser. Aussi nous paraît-il enrichissant de réunir des contributions relevant de trois horizons intellectuels distincts : la critique génétique, qui s’applique depuis une trentaine d’années à l’analyse des procédés d’écriture inhérentes à la création artistique (notamment littéraire) ou savante (cf. les numéros 8, 10, 20, 23 de Genesis, consacrés respectivement à la psychanalyse, à la sémiotique, à l’écriture scientifique et à la philosophie) ; la linguistique saussurienne, qui, vu le caractère largement inédit de l’œuvre de Saussure, a dû se confronter au traitement de manuscrits en divers état d’achèvement ; et la recherche portant sur l’œuvre Benveniste, qui s’est vue elle aussi contrainte, depuis 2003, d’élaborer un outillage conceptuel apte à assimiler le fonds de manuscrits alors découvert.

Via la confrontation des positions et de l’expérience acquises lors du travail sur les différents fonds de manuscrits de linguistes, on se propose de relever (d’interroger) les problématiques communes et les spécificités propres à chaque cas, afin de retracer, discuter et préciser le statut des différents objets auxquels on a affaire au quotidien (brouillons, mises au net, notes, etc.), et de pointer les éventuelles marques qui différencient ces objets de leurs pendants littéraires, scientifiques, philosophiques. À ce titre, plusieurs questions mériteront d’être considérées :

Quel est le rôle de l’écriture, dans ses différentes formes et supports (carnets de terrain, aide-mémoires, notes, brouillons, mises au net), dans la démarche intellectuelle des chercheurs en sciences du langage ? Écrire pour penser, penser pour écrire ? Écrire pour décrire ? Pour exposer ? Pour théoriser ? Pour se positionner vis à vis de la tradition ?

Quel est le rôle des « variantes », des biffures, des citations, des paraphrases, des références intertextuelles dans ce que D’Iorio appelait « stratégies d’appropriation » de la tradition disciplinaire. Peut-on songer à une typologie, comme cet auteur le propose ?

Si l’on considère les brouillons comme des « objets sémiotiques particuliers », on pourrait imaginer qu’une une modélisation de différents « genres » serait envisageable. Trouve-t-on des particularités récurrentes dans les manuscrits en sciences du langage, qui permettraient une telle modélisation ? Ou doit-on se contenter de (ne) relever (que) les marques idiosyncrasiques propres à chaque auteur.

Cesare Serge affirmait récemment que « la critique génétique ne peut que se servir de l’expérience séculaire des philologues », et que « la philologie ne peut pas faire la sourde oreille à la très riche problématique découverte et approfondie par la critique génétique ». Quelle est la nature et le fondement de cette problématique ? Quelle est l’expérience séculaire qui, depuis la philologie, pourrait être utile au traitement (lecture, édition, publication) de manuscrits savants modernes ? Quelles sont les modalités d’édition qui conviennent le mieux à la logique propre (s’il en est) aux manuscrits de linguistes ?

Renseignements : Estanislao Sofia (Estanislao.Sofia@ulg.ac.be)

PROGRAMME

09.15  PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE:   ESTANISLAO SOFÍA

Problèmes spécifiques posés par les manuscrits de linguistes

PREMIÈRE SÉANCE – PRÉSIDÉE PAR CLAUDINE NORMAND

09.30 ALESSANDRO CHIDICHIMO (UNIVERSITÀ DELLA CALABRIA): Variations saussuriennes. Écriture, recherche, style dans les manuscrits de Ferdinand de Saussure

10.30 PIERRE‐YVES TESTENOIRE (UNIVERSIT É DE ROUEN): Dans les marges des manuscrits de Ferdinand de Saussure

11.30 Pause Café

11.45 GIUSEPPE D’OTTAVI (UNIVERSITÀ ROMA LA SAPIENZA): De Genève à Harvard, en passant par l’Inde : un jeu de manuscrits

12.45 Déjeuner

DEUXIÈME SÉANCE – PRÉSIDÉE PAR ANNIE COMBES

14.15 AKATANE SUENAGA (UNIVERSIT É SEIJO, TOKYO): Manuscrits de Saussure : une science fiction

15.15 DANIELE GAMBARARA (UNIVERSITÀ DELLA CALABRIA: Pour une édition numérique des OEuvres complètes de Ferdinand de Saussure

16.15 Pause Café

16.30 IRÈNE FENOGLIO (ITEM, CNRS/ENS): En quoi le fonds E. Benveniste de la BNF est‐il prototypique pour la génétique du texte. Réflexions théoriques et méthodologiques sur les potentialités d’exploitation d’archives linguistiques

17.30 CLÔTURE SÉMIR BADIR

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website


Publié par

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.