« Génétique littéraire : nouveaux territoires ? » – Séminaire général ITEM, 28 mars 2011

Dans le cadre de son séminaire général (lundi 28 mars 2011, 17.00-19.00), trois membres de l’ITEM ouvriront le débat au sujet des nouveaux territoires de la génétique littéraire, dont voici les grandes lignes. Les lecteurs de SIGALES sont cordialement invités à prendre part au débat dans notre colonne

Daniel Ferrer, “Quelques pistes”
En évoquant aujourd’hui de nouveaux territoires pour la génétique littéraires, nous ne pensons ni à de nouveaux manuscrits à explorer, ni à l’adaptation de nos méthodes à des corpus d’autre nature (entreprise déjà bien engagée, nous en parlerons dans les deux prochaines séances). Il s’agirait plutôt de jeter un regard nouveau sur nos vieux corpus et de se demander s’il est possible et souhaitable de renouveler nos méthodes. Encore faut-il relativiser la « nouveauté » en question. Je ne prétends pas que les pistes esquissées ici soient véritablement nouvelles, au sens où elles seraient inédites ; je ne prétends pas que personne ne les a évoquées, que personne n’a commencé à les suivre. Il existe des esquisses, parfois même des travaux importants. Je constate simplement que ces travaux et leurs méthodes ne font pas partie du courant central de la génétique, qu’ils ne sont pas véritablement théorisés dans nos manuels ou en tout cas qu’ils restent marginaux. Peut-être sont-ils voués à rester tels. C’est ce qu’il faudrait examiner.
On pourrait évoquer l’étude du scénarique, qui fait partie de nos objectifs déclarés depuis belle lurette, mais qui reste dans une large mesure sous-exploitée. Je me contenterai de renvoyer sur ce point au bel article d’Henri Mitterrand dans Genesis 30. Voici, pêle-mêle, quelques autres pistes :
– Un certain nombre de ces « nouveaux territoires » potentiels relèvent de la dimension diachronique, qu’il s’agirait de mieux prendre en compte. Cela paraîtra tout à fait paradoxal, puisque le propre de la critique génétique est précisément d’étudier le texte dans sa diachronie. Toutefois, la diachronie que nous prenons en compte le plus souvent est une diachronie limitée et maîtrisée : la forme canonique de l’étude génétique est la comparaison de différentes versions d’un texte (ou le plus souvent d’un fragment de texte), la mise en paradigme (c’est-à-dire la prise en considération simultanée) de projets et de réécritures successifs de ce texte (ou de ce fragment). Louis Hay et Olivier Lumbroso proposent chacun à leur manière d’élargir l’ambitus et de ne pas s’en tenir à l’évolution d’un texte unique. Louis Hay propose de comparer les pratiques d’écriture à des époques historiques diverses et d’évaluer leurs similitudes et leurs différences. Olivier Lumbroso propose plus modestement d’étudier un groupe de textes de même nature et issus du même auteur et de mesurer l’évolution de la « technologie romanesque » de cet auteur au cours des années. (Voir aussi par exemple l’étude de Gisèle Seginger qui a montré comment évoluait l’utilisation de l’espace manuscrit au cours de la carrière d’un écrivain : « Chorégraphies scripturales de Flaubert. De l’inspiration à l’aspiration » Genesis 11, 1997). Mais à partir du moment où on abandonne l’unicité du texte de référence à travers ses avatars (unicité qui soulève d’ailleurs beaucoup de problèmes sur un plan théorique), où faut-il s’arrêter ? Les récurrences thématiques d’une œuvre à l’autre du même auteur, souvent étudiées par la critique traditionnelle, doivent-elles être annexées par la critique génétique ? A l’inverse, l’idée d’apprentissage, de progression, convoquée par Olivier Lumbroso à l’échelle d’une carrière d’écrivain, ne devrait-elle pas être prise en compte également à l’intérieur d’une œuvre unique, voire d’une strate d’écriture ? Plus généralement ne faudrait-il pas davantage mettre en valeur la dimension horizontale, syntagmatique, le fil de l’écriture ? Mais selon quelle procédure ? (Sur l’articulation des dimensions horizontales et verticales de l’écriture, voir l’article pionnier de Stéphanie Dord-Croulé, “Entre programme et processus : le dynamisme de l’écriture flaubertienne. Quelques points de méthode.”, Genesis 13, 1999.)
– La critique génétique s’occupe principalement des phénomènes de réécritures, endogénétiques et exogénétiques, c’est-à-dire des phénomènes de reprise et de transformation d’un invariant. Y aurait-il avantage à prendre les choses par l’autre bout et à s’attacher au surgissement de la nouveauté dans l’écriture ? Selon quelle procédure ? Cela passerait sans doute par une évaluation plus systématique des virtualités qui entourent chaque instant de la création d’une œuvre, virtualités ouvertes par la situation historique et personnelle de l’écrivain, mais aussi virtualités ouvertes par le processus d’écriture lui-même.
– Nous avons beaucoup étudié les problèmes de forme et les problèmes de sens, mais nous avons eu tendance à négliger la dimension extensionnelle de la genèse, c’est-à-dire la présence du référent dans le manuscrit. Cette négligence s’explique pour des raisons historiques, mais il serait temps d’y mettre fin.
– En se penchant sur d’autres domaines artistiques, la critique génétique perçoit mieux des aspects qui sont peu visibles dans la genèse du texte littéraire, du moins dans les grands corpus que nous avons choisis. Il en est ainsi de la dimension collective de la création (qui s’impose avec beaucoup plus d’évidence en architecture ou dans le cinéma). Nous avons tendance à rester prisonniers du mythe du grand écrivain, génie solitaire. Il y a beaucoup à faire sur le rôle des collaborateurs, des éditeurs, des rédacteurs, des imprimeurs. De ce point de vue, d’autres traditions critiques (par exemple russe ou anglo-saxonne) sont en avance sur la nôtre.
– Le généticien passe une partie de sa vie la loupe à la main, penché sur un folio pour y décrypter les traces du processus d’écriture ; il aime à pratiquer le close reading, une lecture délibérément myope, s’attardant sur les détails révélateurs. Est-il envisageable de pratiquer parallèlement, comme nous l’avait suggéré Marcel Lepper à Cerisy, un distant reading (pour reprendre l’expression de Franco Moretti) ? De traiter globalement les immenses archives de certains écrivains et de les embrasser « d’un seul coup d’œil » (comme Flaubert rêvait de le faire), et même de traiter simultanément les archives de nombreux écrivains. L’informatique pourrait certes nous y aider, mais ce ne sera pas qu’une question de technologie.

Olivier Lumbroso, “Changer d’échelle ?  La génétique culturelle des grands corpus (le cas Zola)”
L’œuvre romanesque d’Emile Zola est reconnue comme celle d’un « bâtisseur », doué d’une pensée maçonne qui, de 1870 à 1902, a façonné trois grands cycles imposants : Les Rougon-Macquart, Les Trois villes et Les Quatre Evangiles. Or, les avant-textes zoliens sont rarement étudiés au-delà d’une perspective monographique se focalisant sur un roman unique et sa genèse singulière. Aussi, comment penser une génétique du cyclique ? Les concepts appliqués à des corpus plus modestes restent-ils opératoires et pertinents sur de longues périodes d’écriture ? Le changement d’échelle réclame-t-il d’autres méthodes d’analyse ? Cette communication esquissera la réflexion épistémologique qu’elle suppose sur notre discipline, sur les plans de l’extension et de la compréhension. En effet, suivre l’invention et la révision d’un cycle sur l’étendue d’une carrière supposerait sans doute de penser une critique génétique culturelle de la production et de la réception, dont il est possible de tracer le périmètre au moyen de quelques interrogations :
1-Si l’écrivain élabore dans le temps une « technologie romanesque », dont la méthode du dossier préparatoire semble le résultat, alors quelles en sont les origines et les racines ? Quel est le rôle des apprentissages de l’écrivain, de sa formation scolaire, de ses universités parallèles ?
2-Comment décrire cette « technologie romanesque » ? Est-elle invariable ou connaît-elle des adaptations, des variations, ponctuelles ou profondes, dans la durée du cycle ? Peut-on envisager qu’elle gagne en efficacité et en rentabilité ? La génétique peut-elle recourir à des concepts de l’ergonomie cognitive de ce point de vue ?
3-Comment décrire les relations de cette « technologie romanesque » avec le contexte culturel qui représente son environnement proche ? La réception des romans par la critique littéraire, les échanges épistolaires entre Zola et d’autres écrivains de son temps et l’évolution des théories naturalistes, ont-ils des effets rétroactifs vers les dossiers préparatoires et infléchissent-ils l’évolution d’une technologie du roman dialogique et polémique ?
4-Pourquoi l’écrivain développe-t-il cette technologie dont l’un des traits marquants est l’invention d’un métalangage littéraire qui décrit les formes à l’état natif ? La verbalisation sert sans doute à mieux nommer, modéliser et formaliser le jeu avec les structures du roman, déconstruites et remodelées autrement au fil des œuvres. Mais quels sont les rôles de l’imagination et de la mémoire au cours de ces soliloques programmatiques ? La génétique peut-elle recourir à certains concepts des théories du développement ?
5-S’il existe effectivement chez Zola une réflexivité puissante sur l’instrument d’écriture, en métamorphose perpétuelle, genèse après genèse, quelles sont les limites de la conscience ? Un écrivain chevronné, trop savant et habile, peut-il être entravé par ses tics d’écriture et ses habitudes qui le conduiraient à l’auto-parodie ? Les dossiers préparatoires dévoilent-ils des renoncements, des échappées irrationnelles, une négativité tournée vers soi, afin de donner à l’élargissement et au renouvellement poétiques leur meilleure chance d’advenir ? Que se passe-t-il alors à la charnière de deux cycles ?
6-Enfin, un écrivain qui vit plusieurs années avec ces compagnons de route que représentent ses manuscrits, ne finit-il pas par produire sur eux des « fantasmes » : l’écriture cyclique génère-t-elle une mythographie et un impensé du dossier préparatoire dans les fictions elles-mêmes ?
L’intervention se saisira brièvement de quelques-uns de ces points, afin d’étudier comment un écrivain apprend ce qui n’est pas enseignable : une technologie d’écriture à soi, une forme spéciale d’autodidaxie poétique de très haute volée, informelle et insciente. C’est l’exigence de l’artiste qui se cherche indéfiniment durant sa trajectoire, renonçant à la perfection mais pas au perfectionnement. C’est ce regard généthique qui servira de fil rouge. Zola l’a formulé, et de Goncourt, habituellement son rival – mais ici son représentant – l’avait saisi au vol, avec une intuition fine, dans son Journal, en 1882 : « Aujourd’hui, il [Zola] faisait de la production incessante et bonne ou mauvaise, déclarait-il carrément, non seulement un moyen de succès, mais une espèce d’école de perfectionnement de l’écrivain ».

Louis Hay, “Les pratiques d’écriture ont-elles une histoire ?”
Aussi étrange qu’il paraisse, la génétique ne semble pas, aujourd’hui, en mesure de répondre à une telle question. Cela tient pour une part à la relative étroitesse du champ qu’elle explore, pour une autre, à la relative faiblesse des recherches collectives.
Les manuscrits sont par nature des objets historiques. Nous pouvons étudier l’impact, au long de leur histoire, des changements des techniques et des pratiques sociales qui influencent les conditions de la production écrite.
Les manuscrits sont aussi témoins d’une autre histoire : celle des oeuvres, conservée dans les inscriptions qui sont parvenues jusqu’à nous. En France, les manuscrits de travail que nous connaissons sont rares avant la fin du XVIIIe siècle, mais la tradition de l’autographie peut être suivie en Italie à partir de la fin du XIVe siècle, en Allemagne et en Grande-Bretagne depuis le XVIIe siècle.
Ces documents réservent une double surprise à la recherche. Les procédés d’écriture que nous connaissons à l’époque contemporaine sont, pour l’essentiel, représentés dès l’époque humanistique. Et par ailleurs, les typologies individuelles d’écriture semblent apparaître de façon aléatoire chez des écrivains d’une époque, d’un pays et d’un genre à l’autre.
Entre histoires culturelle et anthropologique c’est le statut même de l’acte d’écrire qui se trouve ainsi questionné dans les documents littéraires. Il y a là un défi à relever pour la théorie génétique.

Lieu : ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris. Amphithéâtre Rataud, bâtiment de la Bibliothèque de l’ENS, 1er sous-sol.

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website


Publié par

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.