Parution de Genesis, n° 36 (Proust, 1913)

Genesis36CouveVient de paraître : Genesis, n° 36, « Proust, 1913 », sous la direction de Nathalie Mauriac Dyer.
216 p. – ISBN : 978-2-84050-873-9 – 33 €
Illustrations en couleurs – On trouvera dans ce numéro un fac-similé dépliable d’un placard de Swann

 

1913 : Proust corrige d’abondance les épreuves de son premier volume et bouleverse le plan du roman pour faire place au personnage d’Albertine. Le centenaire de la publication de Du côté de chez Swann est l’occasion de revenir sur une année capitale pour À la recherche du temps perdu, à mi-chemin de sa fascinante genèse (1908-1922). Alors que la Bibliothèque nationale de France célèbre de son côté le cinquantenaire du fonds Proust et qu’une centaine de cahiers sont maintenant accessibles sur Gallica, ces brouillons exceptionnels, complétés par les placards corrigés de la fondation Bodmer, font l’objet d’enquêtes génétiques inédites, contrastées et stimulantes. Édition électronique, théorie des textes possibles, histoire sociale et culturelle, approches cognitives, stylistique ou thématique: une multiplicité d’instruments critiques sont mis à contribution pour une exploration inédite du continent manuscrit proustien et un bilan prospectif de « Proust 2013 ».

La revue Genesis s’achète en librairie ou aux Presses de l’université Paris-Sorbonne (PUPS) :
– en ligne : http://pups.paris-sorbonne.fr/pages/aff_livre.php?Id=1048
– par téléphone : 01 53 10 57 62
– à la librairie des PUPS : 8, rue Danton, 75006 Paris. Métro Odéon ou Saint-Michel

« Proust, 1913 » – Sommaire

Présentation
Proust deux mille treize, par Nathalie Mauriac Dyer

Enjeux

Antoine Compagnon, Renaissances proustiennes

Françoise Leriche, Rééditer Proust au vingt et unième siècle : intertexte, intratexte, avant-texte
Études
Isabelle Serça, De l’importance de Mme Sazerat dans la délivrance des « grandes lois » : les corrections sur les placards Bodmer

Nathalie Mauriac Dyer, Bidou, Bergotte, la Berma et les Ballets russes. Une enquête génétique
Guillaume Perrier, Écriture et mnémotechnie : l’exemple des Cahiers Dux et Vénusté
Yuji Murakami, Gomorrhe 1913-1915. Survivance de l’affaire Dreyfus dans le Cahier 54

Maya Lavault, Du côté de l’incipit de la Recherche : la genèse de la fiction selon Proust
Entretien
Bernard de Fallois, « L’histoire d’un roman est un roman », par Nathalie Mauriac Dyer


Inédit
1913 : la réécriture du concert Saint-Euverte sur les placards de Du côté de chez Swann, présenté par Françoise Leriche

Chroniques I
Guillaume Fau, Le fonds Proust au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Notes pour un cinquantenaire

Pyra Wise, Le généticien en mosaïste : la reconstitution du manuscrit d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs
Dirk Van Hulle, Un plaidoyer pour l’édition génétique : les Cahiers de Proust

Elena Pierazzo et Julie André, Le codage en TEI des brouillons de Proust : vers l’édition numérique

Varia
Guillaume Bellon, Barthes et l’« hésitation » proustienne, ou le cheminement des deux côtés de La Chambre claire
Jacques Neefs, Flaubert, la prose « comme une peinture »

Christoph Hoffmann, Retenir et reprendre. L’écriture dans la pratique de recherche du zoologiste Karl von Frisch

Chroniques II
Comptes rendus d’ouvrages
Bibliographie, par Martine Mesureur-Ceyrat

 


La revue « Genesis » baisse ses prix! N’hésitez-plus! Souscrivez vite un abonnement, ou offrez-le à l’un de vos amis. Il n’est jamais trop tard pour fêter le(s) livre(s)

Chères et cher membres de Sigales, chers et chers amis de Genesis,

Faisant suite à un courrier qui a déjà circulé au travers de la liste de diffusion des  membres de l’ITEM, l’équipe directive de Genesis se fait un plaisir de vous annoncer que, en accord avec les PUPS, éditeur de Genesis, il a été décidé de baisser, de manière significative, le prix des abonnements.
Les nouveaux tarifs sont donc de 50 € pour les particuliers (au lieu de 65 €) et de 65 € pour les institutions (au lieu de 80 €), port compris.
Le prix du numéro a aussi baissé : 33 € (au lieu de 35 €), mais, si vous ne venez pas le chercher vous-même, chez l’éditeur ou chez votre libraire, les PUPS facturent maintenant des frais d’envois postaux (4 euros pour la France, 6 euros pour l’Europe, 8 euros pour le monde). L’abonnement est d’autant plus intéressant!!

Profitez-en, et faites-en profiter votre institution ou vos amis.
Si vous ne l’avez déjà fait, pourriez-vous vérifier personnellement que votre bibliothèque universitaire (ou éventuellement votre bibliothèque de département, voire votre bibliothèque municipale) est bien abonnée ? Si ce n’est pas le cas, pourriez-vous insister personnellement pour qu’elle souscrive ? Les recommandations des usagers, et notamment des enseignants, ont beaucoup de poids auprès des bibliothécaires.


Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, nous vous annonçons également que le numéro 36, « Proust, 1913 » (sous la direction de Nathalie Mauriac Dyer), sortira très bientôt. Il paraît cent ans après la publication de Du côté de chez Swann : c’est l’occasion pour nous de revenir sur cette année déterminante dans l’écriture de la Recherche du temps perdu. En voici un aperçu….

Archivo adjunto al mensaje

 

 

 

 

 

 

 

 

La revue Genesis

BulletinCommandeGenesis. Offre spéciale pour la collection complète. 

BulletinAbonnementGenesis-1

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Lavorando sulle carte… Giornate di studio16 – 17 gennaio 2013, Biblioteca nazionale (Berna, Suiza)

 

LAVORANDO SULLE CARTE.  AUTRICI E AUTORI DELLA SVIZZERA ITALIANA NEL SECONDO NOVECENTO. Giornate di studio, 16-17 gennaio 2013.

Biblioteca nazionale, Hallwylstrasse, 15 – 3003 Berna, Svizzera

Mercoledì 16 gennaio: Pratiche d’autore in tre prosatori e un poeta

Presiede Alessandro Martini (Univ. di Friburgo)

13:30  Saluto di Irmgard Wirtz e Annetta Ganzoni (ASL, Berna)

13:45  Pietro De Marchi e Guido Pedrojetta (Univ. di Zurigo e di Friburgo): La narrativa della Svizzera italiana negli anni ’60 e ’70 tra lingua e letteratura

14:30  Matteo Ferrari (Univ. di Friburgo): Il fondo del sacco di Plinio Martini

15:45  Francesca Puddu (Univ. di Zurigo): L’anno della valanga di Giovanni Orelli

16:30  Roberta Deambrosi (Univ. di Zurigo): Tra dove piove e non piove di Anna Felder

17:15  Aperitivo

18:00  Fabio Pusterla: A carte scoperte

Giovedì 17 gennaio: Archivi d’autore e lavori di ricerca attuali

09:00  Tavola rotonda: La valorizzazione dei fondi d’autore Partecipano Barbara Colli (Archivio Vittorio Sereni, Luino), Luca Danzi (Univ. degli Studi di Milano, Archivio APICE), Sabina Geiser Foglia (Univ. di San Gallo, Archi- vio Piero Bianconi), Maria Antonietta Grignani (Univ. di Pavia, Fondo Manoscritti), Paola Italia (Univ. La Sapienza, Roma). Moderazione: Pietro De Marchi (Univ. di Zurigo)

Presiede Christian Genetelli (Univ. di Friburgo)

11:00  Maria Pertile (Centro Studi Famiglia Capponi, Firenze): L’edizione delle poesie di Remo Fasani

11:30  Katarina Dalmatin (Univ. di Spalato, Croazia): La valorizzazione del Fondo Grytzko Mascioni

12:00  Marino Fuchs (Univ. di Losanna): Lavorando sulle carte di Enrico Filippini

14:00  Monika Schüpbach (Univ. di Zurigo): Lavorando sulle carte di Alice Ceresa. La trilogia inesistente

14:30  Giovanna Cordibella (Univ. di Berna): Nel laboratorio di Alice Ceresa. Percorsi genetici e storia editoriale de « La Figlia prodiga »

15:15  Alice Spinelli (Univ. di Pavia): Giorgio Orelli traduttore di Goethe

15:45  Yari Bernasconi (Univ. di Friburgo): «Chi è questo che viene»? Su un incipit di Giorgio Orelli

Tra i partecipanti Ottavio Besomi (em. Politecnico di Zurigo), Tatiana Crivelli (Univ. di Zurigo), Stefano Prandi (Univ. di Berna), Niccolò Scaffai (Univ. di Losanna), Bénédicte Vauthier (Univ. di Berna, ITEM Parigi)

Mostra di manoscritti Materiali tratti dai fondi delle autrici e degli autori

Organizzazione e contatti

Archivio svizzero di letteratura della Biblioteca nazionale in collaborazione con le Università di Zurigo e di Friburgo e il Centro svizzero di formazione continua WBZ CPS:

pietro.demarchi@access.uzh.ch

annetta.ganzoni@nb.admin.ch

schindler.dieter@wbz-cps.ch

Iscrizioni entro il 15 dicembre 2012

Docenti di italiano delle scuole medie superiori

sul sito www.wbz-cps.ch.

Altri partecipanti all’indirizzo lavorandosullecarte@gmail.com

 Informations complémentaires, programme pdf. et inscriptions en ligne

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Production écrite et variation éditoriale: Un dialogue entre génétique et linguistique du texte – Université de Lausanne, 23-24 mai 2012

La critique génétique et la linguistique textuelle ont enclenché enfin un processus d’enrichissement mutuel (voir notamment Génétique de la production écrite et linguistique, J.-M. Adam et I. Fenoglio, coord., Modèles linguistiques, 2009). La première apporte à la seconde un corpus exceptionnel de variations ; elle donne à observer des faits de sens et de style, empiriques plutôt que forgés. La modèle d’organisation linguistique et (inter)discursive de la textualité qu’apporte la seconde est essentiel à une génétique qui, dans son versant linguistique, étudie comment la pensée se fait texte, suivant la langue et le discours.

L’interaction touche en particulier au phénomène de la transformation textuelle. La linguistique du texte y est confrontée, qui constate que son objet, régulièrement, se transforme (lors d’une réédition, d’une traduction, d’une citation…). Et la génétique également, puisque son objet premier est la description des transformations profondes qui font passer du presque rien des premières notes au presque tout du texte final…

Les deux journées CUSO du bloc de formation « Analyse des discours » réuniront cette année des linguistes et des généticiens du texte. La conférence introductive donnée par Almuth Grésillon et Jean-Louis Lebrave aura pour fonction d’introduire au versant linguistique de la génétique et de développer plus spécifiquement la distinction entre production et variation. Les autres participants apporteront, par des études de cas, la matière nécessaire à une réflexion portant sur un genre particulier de variation : celui qu’on observe entre différentes éditions qu’un auteur donne du même texte.

L’édition se définit couramment comme l’acte qui stabilise et fait advenir le texte. Nous en explorerons une autre conception : celle de l’édition comme modalité matérielle du texte exerçant des contraintes sur ses virtuelles réécritures. Pour donner un sens à la variation éditoriale, l’étude de ces contraintes est nécessaire – mais elle reste largement à conduire.

Université de Lausanne, Extranef, salle 110 – 23-24 mai 2012

Page institutionnelle – Programme doctoral en sciences du langage – CUSO

Programme CUSO

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

T. Ries (Gent Univ), « Digital Archives and Genetic Textual Criticism » – A. Grésillon, L. Hay et J.-L. Lebrave (ITEM): « Émergence des catégories génétiques: du fonds Heine à la naissance d’une discipline nouvelle » – Paris, 09.05.2012

ATTENTION, LE SÉMINAIRE AURA BIEN LIEU LE JEUDI 10 MAI 2012, ET NON LE vendredi COMME NOUS L’AVONS INDIQUÉ PAR ERREUR DANS UN PRÉCÉDENT BILLET!!
Pour clôturer ses séminaires du premier semestre 2012, et avant de prendre un nouvel envol, l’équipe « Manuscrit-Linguistique-Cognition » (ITEM) vous invite à participer à sa journée d’études sur l’avenir et les origines de la critique génétique.
La journée aura lieu en deux temps, le JEUDI 10 MAI, de 10.00 à 12.00 et de 14.00 à 16.30. Les conférences se tiendront à l’ITEM/ École Normale Supérieure.
En matinée, Thorsten Ries, prof. de littérature allemande à l’Université de Gand (Gent Universiteit, Belgique) nous parlera de ses recherches, pionnières en Europe, de l’exploitation philologique et génétique des archives numériques rendues accessibles grâce aux techniques de l’informatique légale (Computer forensics*). La conférence se donnera en anglais (The talk will be held in English).
Resumé / Abstract: « Digital Archives and Genetic Textual Criticism »
While contemporary authors are shifting from pen and scratch paper to software word processors, questions arise whether there is still a material basis for textual criticism, scholarly editions and the critique génétique in the future. A quick glance at forensic computing shows that original harddisks, for example, usually contain significant amounts of recoverable data such as drafts, transitional text material and metadata that the author was hardly aware of. The talk will go through basics of saving and preserving digital textual archives, data storages, and analysing them in terms of genetic textual criticism. One focus of the talk will be to follow the lines of technological development up to current storage devices / software and give an idea how these developments could influence textual genetic study. 
In its second part the talk turns to the analysis of a number of examples from an original digital dossier génétique. Apart from metadata analysis and chronological reconstruction, the draft documents shed a light on the process of writing, specific writing strategies in the digital medium and poetological aspects.
Lieu:  Salle Dussane (RDC), ITEM/ Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’ULM – 75005 Paris
L’après-midi, Louis Hay, fondateur du CAM, rebaptisé ITEM, Almuth GrésillonA& Jean-Louis Lebrave, directeurs de recherche émérites de l’ITEM, reviendront sur les origines linguistiques de la critique génétique. L’intervention à trois voix se fera sous la forme d’une table ronde intitulée: « Émergence des catégories génétiques: du fonds Heine à la naissance d’une discipline nouvelle ».
Lieu: Salle IHMC (3e étage – escalier D), ITEM/ École Normale Supérieure, 45 rue d’ULM, 75005 Paris.
Entrée libre
* Pour une première approche de la Computer forensics en français, voir l’article de synthèse (basé sur trois publications récentes dans le domaine) de Jean-Louis Lebrave, « Computer forensics: la critique génétique et l’écriture numérique », Genesis, 33, 2011, pp. 13-147.
Résumé: « L’informatique légale (Computer forensics) nous révèle que, contrairement à une crainte souvent formulée, l’abondance et la robustesse des traces que le processus créateur laisse dans l’écriture numérique sont spectaculaires. »
Jean-Louis Lebrave y présente notamment les recherches que Thorsten Ries a menées sur des matériaux génétiques numériques: Thorsten Ries, « ‘die geräte klüger als ihre besitzer’. Philologische Durchblicke  hinter die Schreibszene des Graphical User Interface. Überlegungen zur digitalen Quellenphilologie mit einer textgenetischen Studie zu Michael Speiers ausfahrt st. Nazaire », Editio, 24 (2010), pp. 149-199

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Genesis 34, « Brouillons des Lumières »

 

Genesis, n°34, « Brouillons des Lumières » (PUPS, avril 2012)

(textes réunis et présentés par Nathalie Ferrand)

Pour la première fois, notre revue propose à ses lecteurs un dossier sur les manuscrits du  XVIIIe siècle. Contrairement à l’image que l’on se fait souvent d’un siècle qui aurait fait disparaître ses brouillons et dont les auteurs, une fois l’œuvre publiée, auraient détruit les traces témoignant du patient cheminement vers la forme ou la formule finale, le XVIIIsiècle nous a légué un riche gisement de manuscrits de travail, où la pensée et la littérature des Lumières s’essayent et se cherchent. Ce numéro de Genesis offre un bilan sur les recherches accomplies dans ce domaine et présente de nouvelles pistes et de nouveaux corpus pour une génétique des textes d’Ancien Régime.

Sommaire

Présentation
Nathalie Ferrand, L’Ancien et le Nouveau Régime des manuscrits de travail

Enjeux
Nicholas Cronk, Voltaire et le don du manuscrit
Claire Bustarret, Usages des supports d’écriture au XVIIIe siècle : une esquisse codicologique

Études
Olivier Ferret, Alexandre Guilbaud, Irène Passeron, Pleins et déliés dans les manuscrits de D’Alembert
Christina Ionescu, Dans les coulisses de La Fille d’Aristide : le manuscrit théâtral et les Graffigny Papers sous l’œil de la critique génétique
Gérard Lahouati, Le long travail (le manuscrit de l’Histoire de ma vie de Casanova)
Marco Segala, La genèse de la troisième édition de l’Exposition du système du monde : une analyse du manuscrit de Laplace conservé à l’Observatoire de Paris

Inédit
Jean-Jacques Rousseau : le dernier état de la Lettre à D’Alembert sur les spectacles (1758), présenté par Nathalie Ferrand

Archives du XVIIIe
Michèle Sacquin, Les manuscrits littéraires du XVIIIe siècle à la BnF

Varia
Johnny Kondrup, Les manuscrits de Søren Kierkegaard
Élisabeth Plas, Intertextualité et histoire naturelle : étude génétique du chapitre « Fécondité » de La Mer de Michelet

Chroniques
Comptes rendus d’ouvrages
Bibliographie : études génétiques, éditions, manuscrits (janvier 2011-décembre 2011), par Martine Mesureur-Ceyrat

 

 

 


 

Call for Papers : « Lavorando sulle carte. Autrici e autori della Svizzera italiana nel secondo Novecento », 16-17.01.2013, Berna

Les Archives Littéraires Suisses, en collaboration avec les Universités de Zürich et de Fribourg organisent deux journées de rencontre (mercredi 16 et jeudi 17 janvier 2013) consacrées à l’étude des archives des auteurs de la Suisse italienne. La rencontre aura lieu à la Bibliothèque Nationale Suisse, à Berne.

Description du projet et consignes pour l’envoi de proposition de communication (31.03.2012) en document joint.

_Lavorando sulle carte_. Call for Papers

 

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Colloque interdisciplinaire: « Bouvard et Pécuchet: les ‘seconds volumes' », Lyon, 7-9 mars 2012


L’ARC 5 vous convie au
colloque interdisciplinaire «Bouvard et Pécuchet : les « seconds volumes» possibles – Documentation, circulations, édition »
Les 7, 8 et 9 Mars 2012 à l’ENS de Lyon – Site Descartes – salle F08

Largement ouvert au public, le colloque interdisciplinaire « Bouvard et Pécuchet : les « seconds volumes » possibles – Documentation, circulations, édition » se propose de rendre compte des travaux menés pendant la période de financement du projet BOUVARD par l’Agence nationale de la recherche (2008-2012), de diffuser les résultats obtenus et de réfléchir aux différentes suites à donner.

En liaison avec l’ouverture au public du site d’édition des dossiers documentaires du dernier roman de Flaubert (http://dossiers-flaubert.ish-lyon.cnrs.fr/), ce colloque – centré sur l’« encyclopédie critique en farce » conçue par l’écrivain et son énigmatique second volume – sera le lieu d’échanges entre des chercheurs spécialistes de littérature, d’histoire littéraire et des rapports entre littérature et sciences. Croisant ces différentes thématiques de recherche et la question des supports d’édition électronique, le colloque s’inscrit dans le mouvement large des Digital humanities et permettra de présenter à la communauté scientifique les solutions technologiques innovantes mises en œuvre par le projet. 

Responsable scientifique  Stéphanie Dord-Crouslé (CNRS – UMR 5611 LIRE)

Programme en ligne

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Internationalité et interdisciplinarité de l’édition scientifique des textes (Berne, 15-18 février 2012)

Ce colloque international, organisé conjointement par la “Arbeitsgemeinschaft für germanistische Edition”, la “European Society for Textual Scholarship”, la “Arbeitsgemeinschaft philosophischer Editionen”, les “Freie Forschungsinstitute in der Gesellschaft für Musikforschung” et les Archives Littéraires Suisses aura lieu à l’Institut de langue et littérature allemandes de l’Université de Berne du 15 au 18 février 2012. Le colloque a pour objet le fait que la coopération internationale dans les projets d’édition montre souvent que leurs participants sont influencés par des traditions savantes, par des concepts théoriques et pratiques qui ont été développés dans le milieu intellectuel et institutionnel de leurs pays d’origine. Dans le contexte de la Suisse plurilingue, où la diversité des traditions philologiques a toujours été effective, les participants auront l’occasion de discuter des aspects polyphoniques de la recherche nationale et internationale, disciplinaire et interdisciplinaire dans l’édition des textes.

Programme complet et informations 

 

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Genesis 33 – Afrique-Caraïbe… à l’Agence Universitaire de la Francophonie

L’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et l’Institut des Textes et Manuscrits modernes (ITEM, CNRS-ENS), espèrent vous retrouver nombreux, vendredi 9 décembre prochain à 17h, pour fêter le lancement du numéro 33 de Genesis (« Afrique-Caraïbe »).

Lieu: AUF, 4, place de la Sorbonne, Paris 5e (rez-de-chaussée).

Bien amicalement,

La Rédaction de Genesis

 

 

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Présentation des Oeuvres complètes de C.F.Ramuz (Slatkine) avec support numérique

Le mercredi 25 mai 2011 (salle de projection du Collège Arnold Reymond – Fau Blanc, 15 – Pully – Suisse) la Fondation Ramuz vous convie à la présentation des derniers volumes parus aux éditions Slatkine des Œuvres complètes de C. F. Ramuz et du disque numérique permettant de comparer les différentes versions des romans publiés.



Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

SIGALES. Assemblée générale

Rappel! L’assemblée générale ordinaire de la Société internationale de génétique artistique, littéraire et scientifique (SIGALES) aura lieu demain 5 mai de 14 à 16 heures, à l’École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, escalier C, 3e étage, « salle des historiens », avec l’ordre du jour suivant:

1) Approbation du compte-rendu de l’assemblée générale du 27 mars 2010
2) Rapport moral du président
3) Rapport financier du trésorier
4) Élargissement du conseil d’administration
5) Présentation du carnet SIGALES ouvert sur le site hypotheses.org
6) Diffusion de Genesis en ligne avec revues.org
7) Questions diverses

À bientôt.

Jean-Louis Lebrave, président de SIGALES

Génétique des arts: séminaire général de l’ITEM – 16 mai 2011

La prochaine séance du séminaire général de l’ITEM aura lieu le lundi 16 mai 2011 (17h à 19h)

Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris. Amphithéâtre Rataud, bâtiment de la Bibliothèque de l’ENS, 1er sous-sol.

Les deux points de vue suivant feront l’objet d’une discussion collective entre les participants

François Thomas  « Génétique cinématographique »

Sauf à s’en tenir à un aspect isolé de la création cinématographique (par exemple le scénario), la reconstitution de la genèse d’un film nécessite un savoir-faire et une faculté à faire parler des documents extrêmement divers, allant des données juridiques et économiques aux données techniques les plus savantes. Il faut apprendre à déchiffrer un devis, un plan de travail, un plan d’implantation de décor, une feuille de service, un rapport quotidien, un scénario annoté par la scripte, une photo de tournage, une partition, des rushes, ou déduire des lieux de tournage la logique des choix de mise en scène. Sans oublier que la genèse se lit aussi dans le film lui-même. Et sans avoir d’a priori dans le choix des sources, car il n’existe pas de sources nobles et d’autres indignes d’intérêt. Les travaux de génétique peuvent se donner pour but une mise en contexte de l’analyse de film, une compréhension des mystères de la création, ou une aide apportée à une meilleure restauration de l’œuvre si nécessaire. Quand ils sont consacrés à des films très connus, ils aboutissent la plupart du temps à un même résultat : détruire les légendes qui se sont stratifiées au fil des décennies, et renouveler de fond en comble le regard porté sur le film.

Eric Pagliano « Ce qu’apporte la critique génétique à l’étude du dessin ancien »

Je pense que la critique génétique a tout à apporter à l’étude du dessin ancien. Je dirais de manière provocatrice vis-à-vis de mes collègues connoisseurs que nos méthodes de travail n’ont guère changé depuis le XVIIIe siècle.

La raison principale est celle-ci : le problème du dessin, c’est qu’il est à la fois un document de l’ordre du brouillon comme le disait déjà Dezallier d’Argenville dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et une œuvre d’art, du moins une œuvre d’art en devenir, et le dessinateur en est certainement conscient. Mais la plupart de ces dessins anciens nous sont parvenus sans nom, anonymes. C’est là l’autre raison qui rentre d’une certaine manière en contradiction avec la première raison : il faut retrouver le bon nom. C’est ce qui a mobilisé et ce qui continue de mobiliser l’activité des connoisseurs au détriment de l’analyse des processus.

Les choses commencent à bouger doucement. J’en veux pour preuve l’organisation d’expositions au Louvre sur le repentir, la variante, la réserve. Et l’expérience dont je voudrais vous faire part à travers l’analyse de la rature dans le dessin que j’ai menée pour une exposition qui eut lieu au musée des beaux-arts de Lyon intitulée Le plaisir au dessin – carte blanche à Jean-Luc Nancy. La critique génétique a été dans ce cadre un formidable outil épistémologique.

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

« Génétique littéraire : nouveaux territoires ? » – Séminaire général ITEM, 28 mars 2011

Dans le cadre de son séminaire général (lundi 28 mars 2011, 17.00-19.00), trois membres de l’ITEM ouvriront le débat au sujet des nouveaux territoires de la génétique littéraire, dont voici les grandes lignes. Les lecteurs de SIGALES sont cordialement invités à prendre part au débat dans notre colonne

Daniel Ferrer, « Quelques pistes »
En évoquant aujourd’hui de nouveaux territoires pour la génétique littéraires, nous ne pensons ni à de nouveaux manuscrits à explorer, ni à l’adaptation de nos méthodes à des corpus d’autre nature (entreprise déjà bien engagée, nous en parlerons dans les deux prochaines séances). Il s’agirait plutôt de jeter un regard nouveau sur nos vieux corpus et de se demander s’il est possible et souhaitable de renouveler nos méthodes. Encore faut-il relativiser la « nouveauté » en question. Je ne prétends pas que les pistes esquissées ici soient véritablement nouvelles, au sens où elles seraient inédites ; je ne prétends pas que personne ne les a évoquées, que personne n’a commencé à les suivre. Il existe des esquisses, parfois même des travaux importants. Je constate simplement que ces travaux et leurs méthodes ne font pas partie du courant central de la génétique, qu’ils ne sont pas véritablement théorisés dans nos manuels ou en tout cas qu’ils restent marginaux. Peut-être sont-ils voués à rester tels. C’est ce qu’il faudrait examiner.
On pourrait évoquer l’étude du scénarique, qui fait partie de nos objectifs déclarés depuis belle lurette, mais qui reste dans une large mesure sous-exploitée. Je me contenterai de renvoyer sur ce point au bel article d’Henri Mitterrand dans Genesis 30. Voici, pêle-mêle, quelques autres pistes :
– Un certain nombre de ces « nouveaux territoires » potentiels relèvent de la dimension diachronique, qu’il s’agirait de mieux prendre en compte. Cela paraîtra tout à fait paradoxal, puisque le propre de la critique génétique est précisément d’étudier le texte dans sa diachronie. Toutefois, la diachronie que nous prenons en compte le plus souvent est une diachronie limitée et maîtrisée : la forme canonique de l’étude génétique est la comparaison de différentes versions d’un texte (ou le plus souvent d’un fragment de texte), la mise en paradigme (c’est-à-dire la prise en considération simultanée) de projets et de réécritures successifs de ce texte (ou de ce fragment). Louis Hay et Olivier Lumbroso proposent chacun à leur manière d’élargir l’ambitus et de ne pas s’en tenir à l’évolution d’un texte unique. Louis Hay propose de comparer les pratiques d’écriture à des époques historiques diverses et d’évaluer leurs similitudes et leurs différences. Olivier Lumbroso propose plus modestement d’étudier un groupe de textes de même nature et issus du même auteur et de mesurer l’évolution de la « technologie romanesque » de cet auteur au cours des années. (Voir aussi par exemple l’étude de Gisèle Seginger qui a montré comment évoluait l’utilisation de l’espace manuscrit au cours de la carrière d’un écrivain : « Chorégraphies scripturales de Flaubert. De l’inspiration à l’aspiration » Genesis 11, 1997). Mais à partir du moment où on abandonne l’unicité du texte de référence à travers ses avatars (unicité qui soulève d’ailleurs beaucoup de problèmes sur un plan théorique), où faut-il s’arrêter ? Les récurrences thématiques d’une œuvre à l’autre du même auteur, souvent étudiées par la critique traditionnelle, doivent-elles être annexées par la critique génétique ? A l’inverse, l’idée d’apprentissage, de progression, convoquée par Olivier Lumbroso à l’échelle d’une carrière d’écrivain, ne devrait-elle pas être prise en compte également à l’intérieur d’une œuvre unique, voire d’une strate d’écriture ? Plus généralement ne faudrait-il pas davantage mettre en valeur la dimension horizontale, syntagmatique, le fil de l’écriture ? Mais selon quelle procédure ? (Sur l’articulation des dimensions horizontales et verticales de l’écriture, voir l’article pionnier de Stéphanie Dord-Croulé, “Entre programme et processus : le dynamisme de l’écriture flaubertienne. Quelques points de méthode.”, Genesis 13, 1999.)
– La critique génétique s’occupe principalement des phénomènes de réécritures, endogénétiques et exogénétiques, c’est-à-dire des phénomènes de reprise et de transformation d’un invariant. Y aurait-il avantage à prendre les choses par l’autre bout et à s’attacher au surgissement de la nouveauté dans l’écriture ? Selon quelle procédure ? Cela passerait sans doute par une évaluation plus systématique des virtualités qui entourent chaque instant de la création d’une œuvre, virtualités ouvertes par la situation historique et personnelle de l’écrivain, mais aussi virtualités ouvertes par le processus d’écriture lui-même.
– Nous avons beaucoup étudié les problèmes de forme et les problèmes de sens, mais nous avons eu tendance à négliger la dimension extensionnelle de la genèse, c’est-à-dire la présence du référent dans le manuscrit. Cette négligence s’explique pour des raisons historiques, mais il serait temps d’y mettre fin.
– En se penchant sur d’autres domaines artistiques, la critique génétique perçoit mieux des aspects qui sont peu visibles dans la genèse du texte littéraire, du moins dans les grands corpus que nous avons choisis. Il en est ainsi de la dimension collective de la création (qui s’impose avec beaucoup plus d’évidence en architecture ou dans le cinéma). Nous avons tendance à rester prisonniers du mythe du grand écrivain, génie solitaire. Il y a beaucoup à faire sur le rôle des collaborateurs, des éditeurs, des rédacteurs, des imprimeurs. De ce point de vue, d’autres traditions critiques (par exemple russe ou anglo-saxonne) sont en avance sur la nôtre.
– Le généticien passe une partie de sa vie la loupe à la main, penché sur un folio pour y décrypter les traces du processus d’écriture ; il aime à pratiquer le close reading, une lecture délibérément myope, s’attardant sur les détails révélateurs. Est-il envisageable de pratiquer parallèlement, comme nous l’avait suggéré Marcel Lepper à Cerisy, un distant reading (pour reprendre l’expression de Franco Moretti) ? De traiter globalement les immenses archives de certains écrivains et de les embrasser « d’un seul coup d’œil » (comme Flaubert rêvait de le faire), et même de traiter simultanément les archives de nombreux écrivains. L’informatique pourrait certes nous y aider, mais ce ne sera pas qu’une question de technologie.

Olivier Lumbroso, « Changer d’échelle ?  La génétique culturelle des grands corpus (le cas Zola) »
L’œuvre romanesque d’Emile Zola est reconnue comme celle d’un « bâtisseur », doué d’une pensée maçonne qui, de 1870 à 1902, a façonné trois grands cycles imposants : Les Rougon-Macquart, Les Trois villes et Les Quatre Evangiles. Or, les avant-textes zoliens sont rarement étudiés au-delà d’une perspective monographique se focalisant sur un roman unique et sa genèse singulière. Aussi, comment penser une génétique du cyclique ? Les concepts appliqués à des corpus plus modestes restent-ils opératoires et pertinents sur de longues périodes d’écriture ? Le changement d’échelle réclame-t-il d’autres méthodes d’analyse ? Cette communication esquissera la réflexion épistémologique qu’elle suppose sur notre discipline, sur les plans de l’extension et de la compréhension. En effet, suivre l’invention et la révision d’un cycle sur l’étendue d’une carrière supposerait sans doute de penser une critique génétique culturelle de la production et de la réception, dont il est possible de tracer le périmètre au moyen de quelques interrogations :
1-Si l’écrivain élabore dans le temps une « technologie romanesque », dont la méthode du dossier préparatoire semble le résultat, alors quelles en sont les origines et les racines ? Quel est le rôle des apprentissages de l’écrivain, de sa formation scolaire, de ses universités parallèles ?
2-Comment décrire cette « technologie romanesque » ? Est-elle invariable ou connaît-elle des adaptations, des variations, ponctuelles ou profondes, dans la durée du cycle ? Peut-on envisager qu’elle gagne en efficacité et en rentabilité ? La génétique peut-elle recourir à des concepts de l’ergonomie cognitive de ce point de vue ?
3-Comment décrire les relations de cette « technologie romanesque » avec le contexte culturel qui représente son environnement proche ? La réception des romans par la critique littéraire, les échanges épistolaires entre Zola et d’autres écrivains de son temps et l’évolution des théories naturalistes, ont-ils des effets rétroactifs vers les dossiers préparatoires et infléchissent-ils l’évolution d’une technologie du roman dialogique et polémique ?
4-Pourquoi l’écrivain développe-t-il cette technologie dont l’un des traits marquants est l’invention d’un métalangage littéraire qui décrit les formes à l’état natif ? La verbalisation sert sans doute à mieux nommer, modéliser et formaliser le jeu avec les structures du roman, déconstruites et remodelées autrement au fil des œuvres. Mais quels sont les rôles de l’imagination et de la mémoire au cours de ces soliloques programmatiques ? La génétique peut-elle recourir à certains concepts des théories du développement ?
5-S’il existe effectivement chez Zola une réflexivité puissante sur l’instrument d’écriture, en métamorphose perpétuelle, genèse après genèse, quelles sont les limites de la conscience ? Un écrivain chevronné, trop savant et habile, peut-il être entravé par ses tics d’écriture et ses habitudes qui le conduiraient à l’auto-parodie ? Les dossiers préparatoires dévoilent-ils des renoncements, des échappées irrationnelles, une négativité tournée vers soi, afin de donner à l’élargissement et au renouvellement poétiques leur meilleure chance d’advenir ? Que se passe-t-il alors à la charnière de deux cycles ?
6-Enfin, un écrivain qui vit plusieurs années avec ces compagnons de route que représentent ses manuscrits, ne finit-il pas par produire sur eux des « fantasmes » : l’écriture cyclique génère-t-elle une mythographie et un impensé du dossier préparatoire dans les fictions elles-mêmes ?
L’intervention se saisira brièvement de quelques-uns de ces points, afin d’étudier comment un écrivain apprend ce qui n’est pas enseignable : une technologie d’écriture à soi, une forme spéciale d’autodidaxie poétique de très haute volée, informelle et insciente. C’est l’exigence de l’artiste qui se cherche indéfiniment durant sa trajectoire, renonçant à la perfection mais pas au perfectionnement. C’est ce regard généthique qui servira de fil rouge. Zola l’a formulé, et de Goncourt, habituellement son rival – mais ici son représentant – l’avait saisi au vol, avec une intuition fine, dans son Journal, en 1882 : « Aujourd’hui, il [Zola] faisait de la production incessante et bonne ou mauvaise, déclarait-il carrément, non seulement un moyen de succès, mais une espèce d’école de perfectionnement de l’écrivain ».

Louis Hay, « Les pratiques d’écriture ont-elles une histoire ? »
Aussi étrange qu’il paraisse, la génétique ne semble pas, aujourd’hui, en mesure de répondre à une telle question. Cela tient pour une part à la relative étroitesse du champ qu’elle explore, pour une autre, à la relative faiblesse des recherches collectives.
Les manuscrits sont par nature des objets historiques. Nous pouvons étudier l’impact, au long de leur histoire, des changements des techniques et des pratiques sociales qui influencent les conditions de la production écrite.
Les manuscrits sont aussi témoins d’une autre histoire : celle des oeuvres, conservée dans les inscriptions qui sont parvenues jusqu’à nous. En France, les manuscrits de travail que nous connaissons sont rares avant la fin du XVIIIe siècle, mais la tradition de l’autographie peut être suivie en Italie à partir de la fin du XIVe siècle, en Allemagne et en Grande-Bretagne depuis le XVIIe siècle.
Ces documents réservent une double surprise à la recherche. Les procédés d’écriture que nous connaissons à l’époque contemporaine sont, pour l’essentiel, représentés dès l’époque humanistique. Et par ailleurs, les typologies individuelles d’écriture semblent apparaître de façon aléatoire chez des écrivains d’une époque, d’un pays et d’un genre à l’autre.
Entre histoires culturelle et anthropologique c’est le statut même de l’acte d’écrire qui se trouve ainsi questionné dans les documents littéraires. Il y a là un défi à relever pour la théorie génétique.

Lieu : ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris. Amphithéâtre Rataud, bâtiment de la Bibliothèque de l’ENS, 1er sous-sol.

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Les « Archives littéraires suisses » (ALS) fêtent ses vingt ans….

A l’occasion de leur 20e anniversaire, les Archives littéraires suisses (ALS) organisent toute une série de lectures et de conversations avec des auteurs à la Bibliothèque nationale suisse (BN) à Berne. Le programme de manifestations publiques 2011 de la BN est d’ailleurs tout entier placé sous le signe de ce 20e anniversaire. En guise d’aperçu : Klaus Merz s’entretiendra de la sonorité des mots avec Melinda Nadj Abonji (2 mars) ; Eveline Hasler parlera du traitement du passé dans les romans historiques (30 mars) ; Felix Philipp Ingold et Raphael Urweider (27 avril), puis Donata Berra et Alberto Nessi (11 mai, en italien) parleront de poésie. Le 8 juin Andreas Neeser rencontrera Jürg Amann.

Une nuit de la lecture

A la BN, la Nuit des musées de Berne du 18 mars sera dédiée à la lecture. Hanna Johansen et Franz Hohler liront tour à tour pour les enfants, puis pour les adultes. Les visiteurs auront également le plaisir d’entendre Isolde Schaad, Verena Stefan, Adolf Muschg et Beat Sterchi (avec Michael Pfeuti). A l’occasion de cette Nuit des musées, le public pourra en outre découvrir la rétrospective des 20 ans d’histoire des ALS présentée dans la salle d’exposition de la BN.

Les ALS seront présentes au Salon du livre à Genève (du 29 avril au 3 mai) au stand de la BN. Le Café littéraire du Salon (29 avril, 12 heures) présentera le fonds Grisélidis Réal (dont l’inventaire sera mis en ligne). Le 1er mai à 14 heures, ce même Café littéraire se tiendra à l’enseigne de « Friedrich Glauser » et de ses rapports avec la Suisse romande.

Deux manifestations seront fermées au public et ne s’adresseront qu’aux milieux spécialisés : la cérémonie officielle et un colloque international. La cérémonie officielle aura lieu le 14 janvier ; les orateurs seront le théoricien de la littérature Peter von Matt, l’écrivain et professeur de littérature Michel Butor, et l’auteur Giovanni Orelli, qui s’exprimeront respectivement en allemand, en français et en italien. Le colloque international du 8 septembre aura pour thème « les archives en tant qu’institution historique et modèle de pensée ». L’accent sera mis sur la relation complexe entre les archives en tant qu’institution et chaque fonds littéraire pris individuellement.

Friedrich Dürrenmatt, le père spirituel

Les ALS ont justement pour origine un tel fonds, celui de Friedrich Dürrenmatt (1921–1990). L’écrivain et peintre avait proposé de léguer gracieusement sa documentation à la Confédération suisse si cette dernière s’engageait en contrepartie à créer une institution nationale d’archives littéraires. En 1989, les représentants de l’écrivain trouvèrent un accord avec la Confédération. Les ALS furent inaugurées à la Bibliothèque nationale suisse le 11 janvier 1991. Le même jour, une cérémonie à la mémoire de leur père fondateur, Friedrich Dürrenmatt, se déroulait à la cathédrale de Berne. Dürrenmatt était décédé le 14 décembre 1990, quelques semaines avant l’ouverture des ALS.

Des fonds littéraires de toutes les régions linguistiques

Au moment de leur création, les ALS reprennent la section des manuscrits de la Bibliothèque nationale, qui comptait quelque 150 fonds, provenant essentiellement de Suisse alémanique et de Suisse romande. Les fonds Blaise Cendrars, Corinna Bille, Hermann Hesse et Annemarie Schwarzenbach, par exemple, faisaient partie de ce premier fonds d’archives. Dès leur première année d’existence, les ALS étendent leurs activités aux littératures italophone et romanche. L’acquisition des documents de l’écrivain tessinois Giovanni Orelli (don de l’auteur) et celle des archives de l’auteur grison Andri Peer constitueront deux jalons importants à cet égard. Les ALS comptent aujourd’hui quelque trois cents fonds d’auteurs suisses de renom, parmi lesquels Adolf Muschg, Paul Nizon, Jacques Chessex, Alberto Nessi, Anna Felder, Peider Lansel. Le dépôt des fonds de la fondation Robert-Walser aux ALS en 2009 a constitué l’extension la plus significative de ces 20 dernières années.

Les ALS ont pour mandat non seulement de collectionner et de conserver les fonds mais également de les cataloguer, de les étudier et de les diffuser. Les inventaires sont consultables dans la base de données en ligne des fonds d’archives de la Bibliothèque nationale www.nb.admin.ch/helveticarchives, et les documents peuvent être consultés sous la direction d’experts à la salle de lecture à Berne. Le personnel des ALS répond à près de 3’500 demandes de chercheurs et autres personnes intéressées.

Coopération avec les universités et les archives

Les ALS participent à des projets de recherche, en association avec des universités suisses et des Archives littéraires des pays voisins. Elles favorisent le dialogue entre auteurs et chercheurs dans le cadre de colloques internationaux annuels dont les résultats sont publiés aux éditions Wallstein et Chronos. Elles éditent en outre régulièrement la revue « Quarto », consacrée à une ou un auteur des ALS ou à une question intéressant la recherche. Le dernier numéro paru traite des bibliothèques d’auteurs. A ce propos, les ALS ont reçu récemment en cadeau de la Fondation Hans Wilsdorf une des bibliothèques d’auteur les plus importantes de Suisse, celle d’une grande figure des lettres, le Genevois Jean Starobinski.

Les expositions et les manifestations que les ALS organisent régulièrement depuis leur création sont appréciées bien au-delà du cercle des milieux spécialisés. Parmi les expositions marquantes, on mentionnera celles qui ont été consacrées par exemple au « Wallenstein » de Golo Mann, à Maurice Chappaz, Ludwig Hohl ou Patricia Highsmith. Les manifestations sont généralement consacrées à une ou un auteur, qui honore souvent les ALS de sa présence une partie de la soirée. Les entretiens avec des auteurs et les lectures proposées pour ce 20e anniversaire s’inscrivent dans cette tradition.

Adresse pour l’envoi de questions:
Informations aux médias :
Marie-Christine Doffey, directrice de la Bibliothèque nationale suisse, tél. 031 322 89 01, marie-christine.doffey@nb.admin.ch
Irmgard Wirtz Eybl, responsable des Archives littéraires suisses, tél. 031 322 89 72, irmgard.wirtz@nb.admin.ch
Informations récupérée sur le site de la confédération Salon du livre ALS

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website