Appel à contribution: « L’empire des signes » – Genesis. Revue internationale de critique génétique

Genesis. Revue internationale de critique génétique consacre un prochain numéro à ce qui est appelé provisoirement « l’Empire des signes » dans les manuscrits de création des écrivains, scientifiques, philosophes.

Il s’agit d’étudier les figurations et caractéristiques graphiques de ces documents comme indices des opérations mentales dont elles sont la trace. Ainsi, par exemple, un griffonnage peut-il signaler une rupture du rythme d’écriture et une dissociation temporaire entre le mouvement de la main et l’activité de l’esprit. La question est de savoir quelles sont les dynamiques qui sous-tendent les modes de représentation et de structuration textuelle qui jouent le rôle d’accompagnateur sémantique sans faire appel au langage. La recherche peut porter sur l’ensemble des graphismes non verbaux :

  • dessins (portraits, paysages, griffonnages icônes),
  • traits (flèches, barres verticales, séparateurs, signes de renvoi, symboles, graphismes idiosyncrasiques),
  • couleur ; en tant qu’alternative au déjà-écrit ou dessiné ou utilisé comme fonction suppressive (aplats, tâches),
  • comme sur l’organisation spatiale de la page ou sur les spécificités des tracés d’écriture (usage du blanc, déploiement scriptographique, lettrages, lettrines, etc.).

Les contributions et réflexions peuvent s’inspirer de cette liste non exhaustive.

Comment la création est-elle mise en mouvement par les transitions entre l’imaginaire des formes et l’expression langagière ? En quoi ces objets participent-ils à l’élaboration du texte ? Comment enrichissent-ils l’activité créatrice? Comment contribuent-ils à organiser l’espace graphique ? Comment prolongent-ils le texte dans la rupture de son écriture ?

L’intérêt va à des recherches sur une problématique de préférence à des présentations monographiques. Une iconographie est vivement souhaitée.

Les propositions, sous forme d’un premier exposé, doivent parvenir avant le _*10 juillet 2011*_ à : Aurèle Crasson ( aurele [point] crasson @ ens [point] fr )  qui peut également être sollicitée pour toutes informations complémentaires.

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Présentation des Oeuvres complètes de C.F.Ramuz (Slatkine) avec support numérique

Le mercredi 25 mai 2011 (salle de projection du Collège Arnold Reymond – Fau Blanc, 15 – Pully – Suisse) la Fondation Ramuz vous convie à la présentation des derniers volumes parus aux éditions Slatkine des Œuvres complètes de C. F. Ramuz et du disque numérique permettant de comparer les différentes versions des romans publiés.



Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

SIGALES. Assemblée générale

Rappel! L’assemblée générale ordinaire de la Société internationale de génétique artistique, littéraire et scientifique (SIGALES) aura lieu demain 5 mai de 14 à 16 heures, à l’École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, escalier C, 3e étage, « salle des historiens », avec l’ordre du jour suivant:

1) Approbation du compte-rendu de l’assemblée générale du 27 mars 2010
2) Rapport moral du président
3) Rapport financier du trésorier
4) Élargissement du conseil d’administration
5) Présentation du carnet SIGALES ouvert sur le site hypotheses.org
6) Diffusion de Genesis en ligne avec revues.org
7) Questions diverses

À bientôt.

Jean-Louis Lebrave, président de SIGALES

Génétique des arts: séminaire général de l’ITEM – 16 mai 2011

La prochaine séance du séminaire général de l’ITEM aura lieu le lundi 16 mai 2011 (17h à 19h)

Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris. Amphithéâtre Rataud, bâtiment de la Bibliothèque de l’ENS, 1er sous-sol.

Les deux points de vue suivant feront l’objet d’une discussion collective entre les participants

François Thomas  « Génétique cinématographique »

Sauf à s’en tenir à un aspect isolé de la création cinématographique (par exemple le scénario), la reconstitution de la genèse d’un film nécessite un savoir-faire et une faculté à faire parler des documents extrêmement divers, allant des données juridiques et économiques aux données techniques les plus savantes. Il faut apprendre à déchiffrer un devis, un plan de travail, un plan d’implantation de décor, une feuille de service, un rapport quotidien, un scénario annoté par la scripte, une photo de tournage, une partition, des rushes, ou déduire des lieux de tournage la logique des choix de mise en scène. Sans oublier que la genèse se lit aussi dans le film lui-même. Et sans avoir d’a priori dans le choix des sources, car il n’existe pas de sources nobles et d’autres indignes d’intérêt. Les travaux de génétique peuvent se donner pour but une mise en contexte de l’analyse de film, une compréhension des mystères de la création, ou une aide apportée à une meilleure restauration de l’œuvre si nécessaire. Quand ils sont consacrés à des films très connus, ils aboutissent la plupart du temps à un même résultat : détruire les légendes qui se sont stratifiées au fil des décennies, et renouveler de fond en comble le regard porté sur le film.

Eric Pagliano « Ce qu’apporte la critique génétique à l’étude du dessin ancien »

Je pense que la critique génétique a tout à apporter à l’étude du dessin ancien. Je dirais de manière provocatrice vis-à-vis de mes collègues connoisseurs que nos méthodes de travail n’ont guère changé depuis le XVIIIe siècle.

La raison principale est celle-ci : le problème du dessin, c’est qu’il est à la fois un document de l’ordre du brouillon comme le disait déjà Dezallier d’Argenville dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et une œuvre d’art, du moins une œuvre d’art en devenir, et le dessinateur en est certainement conscient. Mais la plupart de ces dessins anciens nous sont parvenus sans nom, anonymes. C’est là l’autre raison qui rentre d’une certaine manière en contradiction avec la première raison : il faut retrouver le bon nom. C’est ce qui a mobilisé et ce qui continue de mobiliser l’activité des connoisseurs au détriment de l’analyse des processus.

Les choses commencent à bouger doucement. J’en veux pour preuve l’organisation d’expositions au Louvre sur le repentir, la variante, la réserve. Et l’expérience dont je voudrais vous faire part à travers l’analyse de la rature dans le dessin que j’ai menée pour une exposition qui eut lieu au musée des beaux-arts de Lyon intitulée Le plaisir au dessin – carte blanche à Jean-Luc Nancy. La critique génétique a été dans ce cadre un formidable outil épistémologique.

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website