T. Ries (Gent Univ), « Digital Archives and Genetic Textual Criticism » – A. Grésillon, L. Hay et J.-L. Lebrave (ITEM): « Émergence des catégories génétiques: du fonds Heine à la naissance d’une discipline nouvelle » – Paris, 09.05.2012

ATTENTION, LE SÉMINAIRE AURA BIEN LIEU LE JEUDI 10 MAI 2012, ET NON LE vendredi COMME NOUS L’AVONS INDIQUÉ PAR ERREUR DANS UN PRÉCÉDENT BILLET!!
Pour clôturer ses séminaires du premier semestre 2012, et avant de prendre un nouvel envol, l’équipe « Manuscrit-Linguistique-Cognition » (ITEM) vous invite à participer à sa journée d’études sur l’avenir et les origines de la critique génétique.
La journée aura lieu en deux temps, le JEUDI 10 MAI, de 10.00 à 12.00 et de 14.00 à 16.30. Les conférences se tiendront à l’ITEM/ École Normale Supérieure.
En matinée, Thorsten Ries, prof. de littérature allemande à l’Université de Gand (Gent Universiteit, Belgique) nous parlera de ses recherches, pionnières en Europe, de l’exploitation philologique et génétique des archives numériques rendues accessibles grâce aux techniques de l’informatique légale (Computer forensics*). La conférence se donnera en anglais (The talk will be held in English).
Resumé / Abstract: « Digital Archives and Genetic Textual Criticism »
While contemporary authors are shifting from pen and scratch paper to software word processors, questions arise whether there is still a material basis for textual criticism, scholarly editions and the critique génétique in the future. A quick glance at forensic computing shows that original harddisks, for example, usually contain significant amounts of recoverable data such as drafts, transitional text material and metadata that the author was hardly aware of. The talk will go through basics of saving and preserving digital textual archives, data storages, and analysing them in terms of genetic textual criticism. One focus of the talk will be to follow the lines of technological development up to current storage devices / software and give an idea how these developments could influence textual genetic study. 
In its second part the talk turns to the analysis of a number of examples from an original digital dossier génétique. Apart from metadata analysis and chronological reconstruction, the draft documents shed a light on the process of writing, specific writing strategies in the digital medium and poetological aspects.
Lieu:  Salle Dussane (RDC), ITEM/ Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’ULM – 75005 Paris
L’après-midi, Louis Hay, fondateur du CAM, rebaptisé ITEM, Almuth GrésillonA& Jean-Louis Lebrave, directeurs de recherche émérites de l’ITEM, reviendront sur les origines linguistiques de la critique génétique. L’intervention à trois voix se fera sous la forme d’une table ronde intitulée: « Émergence des catégories génétiques: du fonds Heine à la naissance d’une discipline nouvelle ».
Lieu: Salle IHMC (3e étage – escalier D), ITEM/ École Normale Supérieure, 45 rue d’ULM, 75005 Paris.
Entrée libre
* Pour une première approche de la Computer forensics en français, voir l’article de synthèse (basé sur trois publications récentes dans le domaine) de Jean-Louis Lebrave, « Computer forensics: la critique génétique et l’écriture numérique », Genesis, 33, 2011, pp. 13-147.
Résumé: « L’informatique légale (Computer forensics) nous révèle que, contrairement à une crainte souvent formulée, l’abondance et la robustesse des traces que le processus créateur laisse dans l’écriture numérique sont spectaculaires. »
Jean-Louis Lebrave y présente notamment les recherches que Thorsten Ries a menées sur des matériaux génétiques numériques: Thorsten Ries, « ‘die geräte klüger als ihre besitzer’. Philologische Durchblicke  hinter die Schreibszene des Graphical User Interface. Überlegungen zur digitalen Quellenphilologie mit einer textgenetischen Studie zu Michael Speiers ausfahrt st. Nazaire », Editio, 24 (2010), pp. 149-199

Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Genesis 34, « Brouillons des Lumières »

 

Genesis, n°34, « Brouillons des Lumières » (PUPS, avril 2012)

(textes réunis et présentés par Nathalie Ferrand)

Pour la première fois, notre revue propose à ses lecteurs un dossier sur les manuscrits du  XVIIIe siècle. Contrairement à l’image que l’on se fait souvent d’un siècle qui aurait fait disparaître ses brouillons et dont les auteurs, une fois l’œuvre publiée, auraient détruit les traces témoignant du patient cheminement vers la forme ou la formule finale, le XVIIIsiècle nous a légué un riche gisement de manuscrits de travail, où la pensée et la littérature des Lumières s’essayent et se cherchent. Ce numéro de Genesis offre un bilan sur les recherches accomplies dans ce domaine et présente de nouvelles pistes et de nouveaux corpus pour une génétique des textes d’Ancien Régime.

Sommaire

Présentation
Nathalie Ferrand, L’Ancien et le Nouveau Régime des manuscrits de travail

Enjeux
Nicholas Cronk, Voltaire et le don du manuscrit
Claire Bustarret, Usages des supports d’écriture au XVIIIe siècle : une esquisse codicologique

Études
Olivier Ferret, Alexandre Guilbaud, Irène Passeron, Pleins et déliés dans les manuscrits de D’Alembert
Christina Ionescu, Dans les coulisses de La Fille d’Aristide : le manuscrit théâtral et les Graffigny Papers sous l’œil de la critique génétique
Gérard Lahouati, Le long travail (le manuscrit de l’Histoire de ma vie de Casanova)
Marco Segala, La genèse de la troisième édition de l’Exposition du système du monde : une analyse du manuscrit de Laplace conservé à l’Observatoire de Paris

Inédit
Jean-Jacques Rousseau : le dernier état de la Lettre à D’Alembert sur les spectacles (1758), présenté par Nathalie Ferrand

Archives du XVIIIe
Michèle Sacquin, Les manuscrits littéraires du XVIIIe siècle à la BnF

Varia
Johnny Kondrup, Les manuscrits de Søren Kierkegaard
Élisabeth Plas, Intertextualité et histoire naturelle : étude génétique du chapitre « Fécondité » de La Mer de Michelet

Chroniques
Comptes rendus d’ouvrages
Bibliographie : études génétiques, éditions, manuscrits (janvier 2011-décembre 2011), par Martine Mesureur-Ceyrat